Démocratie & Socialisme
Navigation

Conseil National de la Gauche Démocratique et Sociale

24 & 25 juin à Paris


- Après l’élimination de la gauche au second tour en l’absence d’une candidature unique,
- Alors que les législatives se préparent avec une spirale de la division,
- Alors que diverses initiatives sont annoncées pour l’après dans le plus grand éclatement en lieu et place d’un processus de recomposition
- Alors que les attaques anti-sociales sont annoncées dès l’été.

Il y a urgence à discuter :

- pour fédérer toute la gauche rose, rouge, verte ou sociale, écologiste, démocratique ;
- pour mobiliser contre les ordonnances pour un droit du travail du XXIe siècle.

Ce Conseil national est ouvert à 2 représentants par département, adhérents à GDS.

Inscriptions, renseignements : bernard@democratie-socialisme.org

Un gouvernement de droite et de combat

Édito de La Lettre de Démocratie & Socialisme N°297 - 18 mai 2017

Macron a nommé un premier ministre de droite. La composition de son conseil d’administration vient d’être annoncée : un gouvernement de combat, clairement orienté à droite.

À l’économie, ministère-clé : Bruno Le Maire, secondé par le député UMP Gérard Darmanin aux comptes publics. Rappelons que Bruno Le Maire est parti en guerre, lors de la primaire de la droite, contre « l’assistanat » ; s’est prononcé pour la suppression de l’ISF, pour la privatisation de Pôle emploi… Bref, un vrai « progressiste » !

Aux affaires européennes, Marielle De Sarnez, venue de l’UDF et du giscardisme avant le MoDem, est un signe : pas de réorientation de la politique européenne de la France en faveur d’une harmonisation sociale et fiscale. Quant au ministère du travail, il a été confié à Muriel Pénicaud, membre de nombreux conseils exécutifs et d’administration de grands groupes. Le Medef peut être tranquille, il sera écouté avec bienveillance ! À l’éducation nationale, un ministre marqué à droite.

Lire la suite…

Rassembler l’opposition de gauche à Macron

Édito de La Lettre de Démocratie & Socialisme N°296 - 11 mai 2017

Le danger Le Pen a été écarté. L’heure de la reconstruction d’une gauche rose-rouge-verte a sonné. Elle se fera dans l’opposition à la majorité présidentielle macroniste.

Plus de 10 millions d’électeurs (34 %) se sont exprimés pour la candidate de l’extrême-droite. C’est trop, beaucoup trop ! Tous ne sont pas des xénophobes, des nostalgiques de l’Algérie française ou des fillonistes déçus. Beaucoup, victimes des politiques libérales, expriment une désespérance et une colère populaire à laquelle la gauche n’a pas su fournir des réponses.

Un Président déjà minoritaire

Avant même sa prise de fonction, ce président suscite plus de rejet que d’adhésion. Déjà au premier tour, ils étaient nombreux ceux qui avaient voté pour le banquier d’affaires pour éviter un duel Fillon-Le Pen.

Lire la suite…

Deux urgences

Transformer le 7 mai en référendum contre Le Pen et le FN. Rassembler toute la gauche, rose, rouge, verte dans l’action et lors des législatives

Édito de La Lettre de Démocratie & Socialisme N°295 - 2 mai 2017

L’arrivée au pouvoir de nationalistes xénophobes conduirait à la montée de la violence et ferait courir le risque d’une situation de guerre civile. Entre les mains d’un parti d’extrême droite, autoritaire, les institutions de la Ve République peuvent s’avérer particulièrement dangereuses. L’article 16 de la Constitution pourrait être utilisé pour donner les pleins pouvoirs à cette présidente pour supprimer les libertés individuelles et collectives. Ses promesses sociales, comme à chaque fois avec l’extrême droite, seraient aussitôt oubliées.

Le 7 mai, le FN et sa candidate M. Le Pen sont une réelle menace à ne pas sous-estimer

Pour ces raisons, on ne peut s’abstenir ou voter blanc. Il faut donc mettre un bulletin Macron dans l’urne. Il n’y a pas d’autre moyen pour battre Le Pen au second tour. On ne peut laisser aux autres le soin de faire barrage au FN.

Lire la suite…

Battre l’extrême droite. Rassembler la gauche rose, rouge, verte !

Édito de La Lettre de Démocratie & Socialisme N°294 - 25 avril 2017

Ce que nous craignions est arrivé : il n’y aura pas de candidat de gauche au 2nd tour de la présidentielle. Ce sera un duel droite - extrême droite le 7 mai.

Nous avions pourtant toutes les cartes en main : le mauvais bilan de son quinquennat avait empêché François Hollande de se représenter. Manuel Valls, son premier ministre, s’était fait battre à la primaire. Emmanuel Macron, son ministre de l’économie, avait clarifié son positionnement en s’en allant à droite. Les socio-libéraux avaient été battus, mais il a manqué, pour gagner, que Benoît Hamon et Jean-Luc Mélenchon réalisent l’unité.

Lire la suite…

Voter à gauche pour battre les candidats de l’argent

Édito de La Lettre de Démocratie & Socialisme N°293 - 18 avril 2017

Depuis plus d’un an et jusqu’au bout, le réseau des amis de Démocratie&Socialisme (D&S) , la revue de la Gauche Démocratique et sociale se sont battus pour une candidature unique de la gauche. Avec d’autres forces, ils ont demandé à Benoît Hamon et Jean-Luc Mélenchon de s’entendre autour d’un accord politique en ce sens. Cette bataille se poursuivra au-delà du 23 avril.

Les électeurs de gauche ont utilisé la primaire pour se débarrasser de Valls, ce qui a permis la victoire de Benoît Hamon en janvier. C’était la première fois depuis cent ans que s’imposait ainsi contre la majorité de l’appareil, un candidat de la gauche socialiste. Benoît Hamon a alors conclu un accord avec EELV. Il a sans doute trop tardé à contacter Jean-Luc Mélenchon et trop rapidement acté le refus de celui-ci d’ouvrir les discussions pour une candidature unique de la gauche, qui aurait assuré la présence de la gauche au second tour. Aujourd’hui Jean-Luc Mélenchon compte sur le vote « utile » sans avoir à un seul moment cherché à discuter avec les autres forces de gauche, sans aucune recherche d’alliance, lui dont la stratégie est celle de « la construction du peuple » pas de la construction de la gauche.

Lire la suite…

Pour battre la droite et l’extrême droite

L’urgence d’une candidature unique

Édito de La Lettre de Démocratie & Socialisme N°292 - 13 avril 2017

Le trio des candidats du fric est toujours aussi agressif, dangereux, et menaçant au fur et à mesure de cette campagne présidentielle. Faire front commun à gauche contre eux est donc plus que jamais nécessaire. Encore faut-il se donner les moyens de construire ce front uni et vainqueur.

Les sondages donnent les deux candidats de gauche Melenchon et Hamon, respectivement à 18 % et 9 %, ce qui pousse à argumenter plus que jamais pour additionner leurs voix, et porter le mieux placé à hauteur de 27 %, voire, s’il y a une dynamique, à plus de 31,5 % (comme indiqué par un sondage de février) , c’est à dire nettement en tête du premier tour et donc bien placé, face à Le Pen - si c’est elle qui lui fait face.

Lire la suite…

Affronter Macron !

Édito de La Lettre de Démocratie & Socialisme N°291 - 4 avril 2017

La bataille contre Macron est une bataille indispensable. Nous proposons trois courts textes ci-dessous permettant d’alimenter les réseaux sociaux, de rédiger des tracts pour démystifier la candidature Macron.

Macron-Estrosi : rien de bon ne peut sortir de cet attelage !

La rencontre de Macron et Estrosi n’est pas qu’une entrevue entre un président de région et un candidat en déplacement dans cette même région. Emmanuel Macron veut illustrer par là son orientation politique. Pour lui la voie à prendre, c’est celle d’une grande coalition droite-gauche. Pas toute la droite et pas la gauche bien entendu.

Mais une coalition pour imposer des contre-réformes.

- Il s’agit de casser encore plus le droit du travail présenté comme une contrainte et d’attaquer l’indépendance des organisations syndicales.
- Il s’agit de casser le système de retraite en laissant à chacun-e la « possibilité » de travailler plus pour avoir plus de points (alors que 60 % des salariés du privé ne sont plus au travail quand ils prennent leur retraite : ils sont au chômage, en maladie ou en invalidité) . Il s’agit d’ouvrir le marché des retraites aux assureurs. Il s’agit de casser les régimes plus avantageux conquis dans la Fonction publique et plusieurs secteurs. Il s’agit de décharger les patrons de la responsabilité de l’assurance chômage.
- Il s’agit d’abîmer un peu plus les services publics en réduisant le nombre de fonctionnaires.

Ce projet doit être combattu !

Macron ? Quelle majorité ?

Avec Fillon, on aurait une majorité LR/UDI. C’est cohérent. Les électeurs amplifieraient le vote de la présidentielle. Avec un seul candidat de gauche, nous pourrions avoir, en surmontant la division, une majorité de gauche. Il faudrait une plateforme commune, des candidats labellisés.

Avec Macron, on aurait également une majorité de droite. Macron formerait un gouvernement de coalition soutenu par En Marche !, par le libéral Madelin, par le centriste Bayrou, par Valls et Le Drian qui ont rompu avec la gauche. Ce gouvernement n’aura guère de difficulté à trouver le renfort de LR et de l’UDI lorsqu’il voudra faire voter toutes les attaques que Macron a programmées contre le salariat et qui constituent l’épine dorsale de son programme.

Macron, rempart contre Le Pen et le FN ?

Le danger Le Pen est certain. Le minimiser serait une erreur. Les affaires qui minent la campagne Fillon peuvent amplifier le vote Le Pen et le bilan du quinquennat contribue à ce vote « pour essayer autre chose ».

Macron n’est pas le rempart qu’on veut bien nous présenter. Son libéralisme économique peut certes lui amener des électeurs de droite. Mais pour la droite de la Manif pour tous, de Sens commun, Macron est trop libéral sur les questions de société, ce qui pourrait amener, d’après certains sondages, 40 % de l’électorat de Fillon à voter Le Pen au deuxième tour.

Présenter Macron comme un bouclier anti-Le Pen relève d’un habillage pour masquer un accord avec ses thèses libérales et la perspective de la grande coalition de droite. Installer Macron, c’est prendre le risque de mettre en place un gouvernement qui mènera une politique de chômage, de précarisation, de croissance des inégalités qui, demain, nourrira encore plus le vote Le Pen.

Communiqué de presse de Gérard Filoche

Plus que jamais l’unité de toute la gauche, pas avec la droite !

Il y a longtemps que Manuel Valls milite pour l’abandon du mot « socialiste » qu’il juge « dépassé ». Il vient de mettre ses actes en cohérence avec sa pensée. Par la même occasion, le vaincu de la primaire renie son engagement d’en soutenir le vainqueur tout comme ses gouvernements ont renié les engagements pris devant les électeurs lors de la campagne victorieuse de 2012.

Après la déchéance de nationalité, la casse d’un siècle de code du travail, le cadeau de 41 milliards de CICE au Medef, 1,3 million de chômeurs de plus, Manuel Valls annonce son soutien à Macron, lui qui promet une casse de tout le système de protection sociale, suite aggravée d’un quinquennat tragique contre la gauche.

Non seulement Manuel Valls soutient Emmanuel Macron, un des trois « candidats du fric », mais il estime qu’en cas de victoire de François Fillon « il faudrait aussi chercher à trouver des compromis avec la droite parlementaire ». Son souhait d’une coalition parlementaire avec la droite est en rupture totale avec l’histoire du socialisme depuis Épinay.

Les adieux à la gauche de Manuel Valls ne doivent pas rester sans réponse. Il ne suffit pas de se dire triste et d’en appeler au calme. Les statuts du Parti socialiste sont clairs : « les adhérents s’engagent à ne soutenir que les seuls candidats à des fonctions électives qui sont effectivement investis ou soutenus par le Parti socialiste » (article 1.2.3). Il faut prendre acte du départ de Manuel Valls (et de tous ses amis qui soutiennent Macron). L’investiture doit lui être immédiatement retirée. Ce n’est évidemment pas en soutenant la droite libérale que barrage sera fait à Le Pen, au contraire, c’est lui servir de marche pied.

Non, le chapitre de l’union de la gauche n’est pas clos. Il y a plus que jamais nécessité de reprendre et de hâter l’unité de la gauche Hamon-Jadot-Laurent-Melenchon. En 72 h un accord global peut être construit : sur un programme commun, sur le candidat et la composition d’un gouvernement d’union, sur des candidats communs aux législatives afin de déboucher sur une majorité parlementaire. Le dernier coup de théâtre de cette campagne, ce doit être la victoire de la gauche unie les 23 avril et 7 mai.

Partout des appels et des manifestations se développent et les appels pour l’unité de la gauche se multiplient pour les présidentielles comme pour les législatives. C’est ce qui motive la réunion publique unitaire à laquelle je participe ce soir à Paris à 19 h ce mercredi 29 mars salle Jean Damme, rue Léopold Bellan dans le 2e arrondissement de Paris.

Gérard Filoche

Vidéo

"On ne peut pas rester socialiste et soutenir Macron" lance Gérard Filoche

Vidéo

Les dangers des trois candidats de droite et d’extrême droite à la présidentielle 2017

Vidéo

La nécessaire unité à gauche, par Gérard Filoche

La gauche est forte dans notre pays, elle peut gagner la présidentielle 2017

Le 29 janvier : un vote historique. La gauche socialiste l’a emporté contre l’aile droite du parti socialiste qui a conduit le quinquennat à la faillite. Ça change la donne.

Avec le réseau de la revue de la gauche socialiste D&S, je n’ai cessé de dire depuis 15 mois, qu’il fallait des grandes primaires de toute la gauche, car c’était le meilleur moyen de nous sauver du quinquennat, de nous unifier et de gagner le 23 avril et le 7 mai 2017.

On me répondait que ce serait se mettre sous les fourches caudines de Hollande, et je rétorquais inlassablement que s’il se présentait il serait "perdu et perdant", et que "si Valls y allait à sa place, il serait battu".

J’ajoutais tout aussi inlassablement qu’il fallait une plateforme commune de toute la gauche et construire une candidature commune de toute la gauche.

Ça a pris des chemins détournés, mais on vient de faire un immense pas pour y arriver quand même. Le vote de ce dimanche 29 janvier est historique.

Lire la suite…

Communiqué

Pour battre Manuel Valls : votons Benoît Hamon le 29 janvier !

Puis rassemblons la gauche au 1er tour de la présidentielle !

Le premier enseignement du premier tour de la primaire est simple : la politique menée par Manuel Valls fait l’objet d’un profond rejet.

Le second enseignement c’est l’exigence que les questions sociales, écologiques et démocratiques soient au cœur du projet politique de la gauche.

La transition écologique, la VIe République, la réorientation de l’Europe, de nouvelles politiques économiques, l’exigence de réponses sociales aux conditions de vie et de travail imposées au salariat et à la jeunesse, ont été majoritairement validées. Les électeurs de Benoit Hamon et d’Arnaud Montebourg l’ont clairement signifié. Dans une certaine mesure, aussi, ceux qui se sont portés sur d’autres candidats.

Ne considérons surtout pas le résultat du dimanche 29 janvier comme acquis d’avance. Il faut confirmer et amplifier la dynamique du 1er tour, en votant et en appelant à venir voter pour Benoît Hamon de très nombreux électeurs qui ne se sont pas déplacé le 22 janvier, tant les médias dominants présentaient Manuel Valls comme le grand favori de la primaire.

La mobilisation des électeurs de gauche en faveur de Benoît Hamon doit être massive, non seulement pour battre Valls mais aussi pour que Jean-Luc Mélenchon et Yannick Jadot acceptent de discuter avec Benoît Hamon d’une candidature unique de la gauche dès le 1er tour de la présidentielle. Il y a urgence : sans cette candidature unique, le second tour verra inéluctablement s’affronter la droite et l’extrême-droite.

Depuis un an, Gérard Filoche, Démocratie & Socialisme, appellent au rassemblement de la gauche, à une candidature unique. C’est possible à partir des convergences qui existent entre les propositions des différents candidats et des attentes sociales.

L’appel des 100, auquel nous participons avec des responsables communistes, écologistes, front de gauche, syndicalistes… appelle à 4 heures pour une alternative majoritaire, le 3 février à compter de 18 h 30, à la salle de l’Ageca, à Paris. Gérard Filoche y interviendra au côté de responsables d’EELV, du PCF, d’Ensemble… le 3 février, toute la gauche de transformation politique, syndicale, associative, citoyenne peut se retrouver.

Dans cette campagne, dans ce rassemblement nous continuerons à pousser pour que le social soit au cœur. Des millions de salariés, de jeunes, de retraités attendent qu’on leur propose des mesures simples et claires pour leur salaire, leur revenu, leur pension, leur emploi. Si la transition écologique s’est imposée dans le débat, il reste à mettre le social au cœur en l’incarnant dans des propositions précises.

Il est indispensable que la discussion entre Benoît Hamon, Yannick Jadot et Jean-Luc Mélenchon s’ouvre dès le 30 janvier et débouche, rapidement, sur 5 ou 6 propositions clés. Ces dernières permettront, dans un second temps, de parvenir à une plateforme commune de gouvernement. C’est la voie pour une candidature unique de la gauche en avril, un cadre commun de campagne, des candidatures en cohérence aux législatives.

Conférence nationale des soutiens de Gérard Filoche le 4 février

La campagne que nous menons avec « Filoche 2017 » a mobilisé des milliers de soutiens. Faire le bilan, tracer des perspectives est maintenant indispensable. Pour peser davantage et mettre « le social au cœur », il est indispensable de s’organiser. Participez à la préparation de la conférence nationale du février à Paris avec toute l’équipe Filoche2017 .

Cette conférence se tiendra, le 4 février de 10 heures à 18 heures. Pour tout renseignement et inscription : contact@filoche2017.fr

Stop CETA

Journée d’action européenne le 21 janvier

Nous reproduisons ici l’appel des collectifs Stop TAFTA en vue de la journée européenne de mobilisation contre le CETA ce 21 janvier.

Nous, la société civile, les organisations de base, les mouvements syndicaux, les agriculteurs, les groupes environnementaux et sociaux de toute l’Europe, appelons à une journée européenne d’actions décentralisées contre l’accord de libre-échange entre l’UE et le Canada (le CETA, ou AECG en français) le 21 janvier et à d’autres actions décentralisées et mobilisations avant le vote du Parlement européen le 2 février.

Voir la liste détaillée des évènements sur le site www.collectifstoptafta.org

Tout au long des négociations et de la phase de vérification juridique du texte, nous avons dénoncé à maintes reprises les graves problèmes que pose le texte de l’accord. Nous avons fait des propositions concrètes qui cherchaient à démocratiser nos politiques commerciales et à les rendre plus transparentes, tout en les recentrant sur la protection de l’environnement et la défense des droits humains fondamentaux. Mais comme en fait foi le texte de l’AÉCG / CETA tel que signé en octobre 2016, nos inquiétudes sont restées lettre morte et c’est pourquoi nous nous opposons résolument à sa ratification.

Des deux côtés de l’Atlantique, provenant entre autres des milieux syndicaux, agricoles, environnementaux, de défense des consommateurs, de la santé publique, des droits sur Internet, un large éventail d’organisations sociales ainsi que des petites et moyennes entreprises (PME) s’opposent à l’accord. Nous voulons souligner certaines de nos préoccupations fondamentales concernant l’accord tel qu’il est signé :

- L’AÉCG / CETA donnerait à des milliers d’entreprises le pouvoir de poursuivre des gouvernements et contester les mesures légitimes et non discriminatoires qu’ils adoptent pour protéger les droits des peuples et la planète. Rien dans l’entente ou dans les déclarations d’accompagnement n’empêcherait les entreprises d’utiliser les droits qu’accorde l’AÉCG / CETA aux investisseurs et qui leur permettent d’intimider les décideurs et de les influencer en leur faveur quand ils réglementent en fonction de l’intérêt public, par exemple en matière de lutte au changement climatique. L’AÉCG / CETA laisse même la porte grande ouverte à des compensations aux entreprises pour des profits futurs non réalisés lorsqu’un changement de politique affecte leur investissement. Loin de réformer « radicalement » le mécanisme de résolution des différends entre les investisseurs et l’État, l’AÉCG / CETA non seulement en élargit la portée mais l’institutionnalise.
- Le Système judiciaire sur l’Investissement (SJI) accorde aux investisseurs des droits hautement exécutoires mais n’exige, en contrepartie, aucune obligation. Cet instrument ne permet pas aux citoyennes et citoyens, aux communautés ou aux syndicats de porter plainte lorsqu’une entreprise viole l’environnement, les droits du travail, la santé et la sécurité, ou d’autres normes. Ce système risque d’être incompatible avec le droit de l’UE puisqu’il crée un système juridique parallèle qui permet aux investisseurs de contourner les cours de justice existantes. Le SJI est discriminatoire du fait qu’il octroie des droits aux investisseurs étrangers dont ne peuvent jouir les citoyens en général ni les investisseurs nationaux.
- Contrairement aux droits des entreprises, l’AÉCG / CETA inclut des dispositions sur les droits du travail et sur le développement durable qui ne peuvent être appliquées de façon contraignante et efficace au moyen de sanctions. Elles demeurent des affirmations vides, sans effet sur les dangers que les autres chapitres de l’accord posent aux droits des travailleurs, à la protection de l’environnement et aux mesures visant à atténuer le changement climatique.
- L’AÉCG / CETA limite de façon drastique la capacité des gouvernements de créer, développer et réglementer les services publics, et de les ramener dans le domaine public en cas d’échec des libéralisations et privatisations. L’AÉCG / CETA est le premier accord de l’UE où la libéralisation des services est la règle et où les réglementations publiques sont l’exception. L’accord menace l’accès des populations à des services de qualité dans des domaines comme ceux de l’eau, du transport, de la santé et des programmes sociaux, et mine les efforts pour développer des services publics qui répondent à des objectifs d’intérêt général.
- Une étude indépendante des impacts économiques de l’AÉCG / CETA prédit que des emplois seraient perdus tant au Canada qu’en Europe, que la croissance économique serait plus lente qu’en l’absence d’accord, et que les gains en revenus seraient non seulement faibles mais qu’ils iraient largement aux détenteurs de capitaux, aux dépens des travailleuses et travailleurs. En conséquence, on prévoit que les inégalités sous le régime de l’AÉCG / CETA seront plus grandes que sans lui.
- L’AÉCG / CETA rendrait le Canada et l’UE plus vulnérables aux crises financières en libéralisant encore davantage les marchés financiers et en limitant drastiquement la portée des réformes qui touchent aux principales causes de l’instabilité financière et qui assurent une meilleure protection des consommateurs et de l’économie en général.
- Au Canada, l’AÉCG / CETA aurait pour effet d’augmenter le coût des médicaments de marque d’au moins 850 millions $ par année (583 millions d’euros). De plus, l’accord aurait un impact négatif sur plusieurs droits fondamentaux, dont le droit à la vie privée et à la protection des données, et restreindrait la capacité de l’UE et du Canada de moduler les droits démesurés de propriété intellectuelle (DPI) quand ils limitent l’accès au savoir et à l’innovation. Certains DPI ressemblent de près au texte de l’Accord commercial anti-contrefaçon (ACTA en anglais) qui a été rejeté par le Parlement européen en 2012.
- Les règles de l’AÉCG / CETA sur la coopération règlementaire et la réglementation domestique poseront des obstacles additionnels aux législateurs et consolideront l’influence des lobbyistes d’entreprises sur l’élaboration des politiques publiques, minant potentiellement la mise en œuvre des politiques d’intérêt général dont nos sociétés ont besoin.
- Des deux côtés de l’Atlantique, l’AÉCG / CETA soumettrait les agriculteurs à la pression de la concurrence avec un impact négatif sur leurs moyens de subsistance, sans gain substantiel pour les consommatrices et consommateurs ; augmenterait le contrôle des transnationales sur les semences ; ferait obstacle aux politiques d’achat local des aliments ; menacerait les hauts standards de production et de transformation alimentaires ; et minerait les efforts pour développer une agriculture durable et respectueuse de l’environnement.
- Sous le régime de l’AÉCG / CETA, les mesures de précaution pour protéger les consommateurs, la santé publique et l’environnement pourraient être contestées, sous prétexte qu’elles sont trop contraignantes, ne sont pas vérifiées scientifiquement ou qu’elles constituent des barrières déguisées au commerce. Rien, dans le texte de l’AÉCG / CETA ni dans les déclarations qui l’accompagnent, ne protège de façon efficace le rôle du principe de précaution au sein des politiques règlementaires européennes, tandis que dans certaines sections plusieurs principes sont même en conflit.

L’AÉCG / CETA est l’aboutissement d’un processus de négociation qui a été mené de façon secrète par le précédent gouvernement canadien et la précédente Commission européenne. Le texte final de l’AÉCG, et les déclarations qui l’accompagnent, ont pratiquement ignoré l’ensemble des amendements raisonnables et très spécifiques proposés par la société civile afin de corriger les déficiences de l’accord.

Dans son état actuel, l’AÉCG / CETA n’est pas un accord de commerce progressiste. Ce serait une erreur d’adopter ce traité, et les inquiétantes dispositions qu’il comporte, en s’en servant comme modèle pour négocier des accords futurs. L’AÉCG / CETA est une version rétrograde et encore plus intrusive de l’ancien programme de libre-échange conçu par et pour les plus grandes transnationales du monde. Nous avons besoin d’un changement de paradigme vers une politique commerciale transparente et inclusive fondée sur les besoins des peuples et de la planète.

Ratifier l’AÉCG / CETA nous éloignera d’un tel changement, aujourd’hui grandement nécessaire.

Afin de faire entendre ces messages avant le vote du Parlement européen, nous appelons les organisations de la société civile et les citoyens à organiser des actions décentralisées à travers l’Europe le 21 janvier 2017. Nous appelons à multiplier les lieux et les formes d’actions afin d’encourager les citoyen-ne-s à s’informer, à s’engager et à se mobiliser localement contre la ratification de cet accord.

Communiqué de presse

Gérard Filoche au meeting d’Arnaud Montebourg

Gérard Filoche était présent hier au rassemblement parisien des VTC en lutte contre Uber. Aujourd’hui en compagnie d’Arnaud Montebourg, il a rencontré des salariés de McDonald’s.

À l’invitation d’Arnaud Montebourg, Gérard Filoche prendra la parole au grand meeting qu’Arnaud Montebourg tient au gymnase Jean Jaurès à Paris le 18 janvier.

À cette occasion, Gérard Filoche insistera sur la nécessité de mettre le social au cœur de cette campagne présidentielle. Si les dividendes versés aux actionnaires n’ont jamais été aussi importants, c’est que la France n’a jamais été aussi riche et les richesses aussi mal partagées. La question des salaires et la réduction du temps de travail pour que chacun ait un salaire sont essentielles.

Gérard Filoche lancera un nouvel appel aux électrices et électeurs de gauche pour qu’ils participent nombreux à la primaire citoyenne afin de tourner enfin la page de ce quinquennat et en finir avec l’austérité.

Meeting Gymnase Jean-Jaurès à Paris
(ouvertures des portes à 19h)
Rendez-vous 87 avenue Jean Jaurès (métro Laumière).

Primaire citoyenne des 22 et 29 janvier

Communiqué de Gérard Filoche

Dans 8 jours aura lieu le premier tour de la primaire. J’appelle à une participation massive pour signifier à Manuel Valls le rejet de ses politiques, le rejet de son bilan – partagé avec Macron.

J’ai été empêché de participation. J’aurai défendu les petits salaires et les petites retraites. J’aurais appelé à l’abrogation de la loi travail et à mettre le social au cœur. J’aurais appelé au rassemblement de toute la gauche pour battre Fillon et Le Pen.

Toutes ces exigences, je les maintiens. Je continuerai à les défendre.

Dans 8 jours, deux candidats peuvent être en situation de battre Manuel Valls et d’engager la construction d’un socle commun à gauche. Il faut qu’un des deux soit présent au second tour pour l’emporter.

J’ai avec Benoit Hamon et Arnaud Montebourg de nombreux points d’accord. Je leur ai dit et écrit. L’un et l’autre peuvent se compléter. Ils doivent se désister réciproquement l’un pour l’autre.

Mais il faut choisir. Dimanche 22 janvier j’ai choisi le vote utile. Ce sera Arnaud Montebourg. Ce ne sera pas un vote contre Benoit Hamon, je souhaite le rassemblement ! Ce ne sera pas non plus un vote d’adhésion à l’ensemble des propositions d’Arnaud Montebourg car je maintiens mes propositions. Je les crois utiles pour discuter ensuite d’une plateforme commune de toute la gauche.

Arnaud Montebourg veut abroger la loi travail. Il est partisan de l’union de la gauche. Il a précisé – et c’est très important à mes yeux – que ce serait sans Macron ! Il veut être le candidat de la feuille de paye, c’est un marqueur qui compte pour moi qui suis pour un salaire pour toutes et tous ! Il se prononce aussi pour une VIe République.

Nous nous sommes rencontrés et avons décidé de poursuivre les échanges.

Dans cette campagne je suis résolument pour augmenter le smic, les salaires, les minimas sociaux, pour donner un revenu d’autonomie pour la jeunesse dès 18 ans. Je suis pour mettre le social au cœur. Je veux une gauche rassemblée pour répondre aux urgences sociales, écologiques, démocratiques. Il faut refuser de se laisser imposer des règles qui ont conduit à une triple catastrophe : économique, sociale et financière. Il faut au contraire une Europe sociale et démocratique.

Avec toutes celles et tous ceux qui m’ont soutenu, nous tiendrons une conférence nationale le 4 février à Paris pour tracer des perspectives pour une gauche démocratique et sociale.

Gérard Filoche, le 16 janvier 2017.

Primaire citoyenne des 22 et 29 janvier

Lettre à Benoît Hamon et Arnaud Montebourg

Paris, le 30 décembre 2016

Cher Arnaud, Cher Benoît,

Le Comité national d’organisation ou La Haute Autorité n’ont pas validé ma candidature légitime aux primaires citoyennes ouvertes à la gauche et aux écologistes des 22 et 29 janvier.

Le nombre significatif de mes soutiens : celui de nombreux élus socialistes, celui des quelque 13 500 citoyens de gauche, puis des 5 500 signataires du recours mobilisés en 48 h ont légitimé le discours de campagne que je tenais depuis le mois de juin 2016. C’est parce que ma candidature répondait à un besoin social profond (la défense des petits salaires et des petites retraites) que Jean-Christophe Cambadélis s’est montré déterminé à empêcher que je puisse parler aux électeurs de gauche. Ils ont fait exploser les critères de sélection des postulants candidats en cours de route : parrainages ou pas, BAP ou pas, « wild card » ou pas…

Le juge des référés a ouvert la porte à cette reconnaissance de l’éclatement scandaleux des règles mais il a refusé de s’engager plus loin en tant que tel.

Malgré mon éviction, mes amis et moi, et ceux qui nous ont rejoint, nous voulons plus que jamais sanctionner le bilan du quinquennat incarné aujourd’hui par Manuel Valls : c’est le TSCG, le CICE, les lois Sapin (ANI), les 6 trimestres supplémentaires pour la retraite, les lois Macron, El Khomri et six 49.3 scélérats. Nous voulons faire réussir les primaires et faire gagner la gauche socialiste.

La gauche pour repartir et regagner une confiance de masse ne peut faire autrement que de rompre avec cet échec de 5 ans, qui nous a fait perdre 5 élections, qui a produit 1,3 million de chômeurs de plus, qui a donné 41 milliards de CICE au patronat au lieu d’aider l’emploi direct, une austérité qui cassait la relance, et enfin ils ont brisé 100 ans de droit du travail – même le dimanche ! … Sans oublier le refus de l’amnistie des syndicalistes, le projet de déchéance de nationalité après le rejet des Roms et la stigmatisation des musulmans, ni les voyages en Chine pour dénigrer les 35 h ou en Arabie Saoudite pour dénigrer les salariés d’Air France traités, depuis là-bas, de « voyous ».

Après tant de déceptions, et disons-le d’un sentiment de trahison qui fait si mal, la reconquête de l’électorat, à la présidentielle et d’abord aux primaires, passe forcément par une bataille pour l’unité de la gauche autour d’un projet convaincant, répondant clairement à ses attentes et à une exigence sociale exacerbée.

Le projet que je souhaitais présenter à nos concitoyens porte le social au cœur avec des mesures phares à satisfaire dès le début du quinquennat et parmi elles : une hausse significative du SMIC et des plus bas revenus, la réduction du temps de travail à 32 h hebdomadaires, la limitation du travail précaire, le contrôle des licenciements boursiers, le plafonnement légal des rémunérations annuelles des dirigeants d’entreprises, l’extension des conditions de retour à la retraite à 60 ans, une réforme fiscale, une réforme bancaire, une transition écologique, une marche vers la VI° République.

L’espoir du succès de la gauche à la présidentielle passe par le rassemblement de ses composantes autour d’un socle commun porté par une candidature unique, que j’appelle inlassablement de mes vœux depuis plus d’un an.

J’ai l’intention, avec tous mes amis de Démocratie & Socialisme, avec tous ceux qui m’ont soutenu, de poursuivre cette bataille politique. Nous souhaitons que cette bataille pour battre Valls et mettre le social au cœur soit le fait d’un rassemblement large afin que les 22 et 29 janvier, le renouveau socialiste l’emporte et que le mieux placé de vous deux gagne la bataille face à Manuel Valls et son bilan antisocial.

Au départ, vous vous en souvenez, puisque je vous ai écrit et contacté à plusieurs reprises depuis septembre, j’avais voulu qu’on fasse des gestes clairs de rassemblement entre nous quatre – avec Marie-Noëlle Lienemann. Je vous le propose de nouveau.

Je vous suggère de l’accepter car il y a deux tours, et il va falloir additionner impérativement nos voix, les vôtres et celles qui s’apprêtaient à venir spécifiquement me soutenir, il faut pour cela une dynamique politique.

Je suis prêt à faire campagne avec vous pour battre Manuel Valls et je souhaite, pour cela, que vous apportiez des précisions dans le débat public sur :

– la hausse des salaires et la façon de prendre sur les dividendes (qui n’ont jamais été aussi élevés),

– la façon dont vous envisagez l’abrogation de la loi El Khomri,

– la façon dont vous comptez tous deux proposer en cas de victoire, dès le 30 janvier un programme de gouvernement commun à Yannick Jadot et Jean-Luc Mélenchon, car nous le savons, sans dynamique unitaire la gauche sera écartée le 23 avril à 20 h,

– les initiatives que vous comptez prendre pour parvenir à une candidature unique sur la base d’une plateforme commune afin d’aborder au mieux non seulement la présidentielle mais aussi les législatives.

Dans l’attente de vous lire et de nous rencontrer, je vous adresse, cher Arnaud, cher Benoît, l’expression de mon amitié socialiste, unitaire et combattante et aussi celle de tous mes amis organisés autour de la revue mensuelle « Démocratie & socialisme ».

Gérard Filoche

Loading
À la une

Bureau national du PS, lundi 15 mai 2017

Intervention de Gérard Filoche

jeudi 18 mai 2017 par Gérard Filoche
Bien sûr, qu’est-ce qui se dit à gauche, en ce moment ? Il se dit que le PS incline vers Macron. La faute en revient à la formule sortie du dernier BN : « On souhaite la réussite du quinquennat ». Forcément si on souhaite la réussite de (...)

Emploi industriel

La fin de l’hémorragie ?

jeudi 18 mai 2017 par Jean-François Claudon
Nous reproduisons ici un article paru dans la revue Démocratie&Socialisme n° 244 d’Avril 2017. En 2016, le nombre d’ouvertures d’usines en France a compensé très exactement le nombre de fermetures. Si c’est une (...)

L’histoire d’un concept 2/2

À quoi sert l’identité nationale ?

jeudi 18 mai 2017 par Ernest Simon
La lecture du livre de l’historien Gérard Noiriel, À quoi sert l’identité nationale ?, fournit des outils pour comprendre la manière dont la question de l’identité nationale est traitée dans le cadre des élections (...)

Bureau national du PS, mardi 9 mai 2017

Intervention de Gérard Filoche

On ne peut pas être pour la politique de Macron et socialiste

mercredi 10 mai 2017 par Gérard Filoche
Le PS est-il mort, comme le prétendent dehors Manuel Valls, et ici, à l’intérieur du parti, Jean-Marie Le Guen et quelques autres ? Si le PS unitaire d’Épinay meurt, comme le dit Jean-Christophe Cambadelis, ce serait une perte pour (...)

Histoire d’un concept 1/2

À quoi sert l’identité nationale ?

mercredi 10 mai 2017 par Ernest Simon
Nous reproduisons la première partie d’un article de la revue Démocratie&Socialisme (n°243 de mars 2017) Alors que la primaire de la droite a inscrit au cœur du débat présidentiel la question de l’identité nationale, il est (...)

Où va Israël ?

mercredi 10 mai 2017 par Philippe Lewandowski
Nous publions ci-dessous la chronique Palestine de notre ami Philippe Lewandowski, parue dans Démocratie&Socialisme n°243 de mars 2017. La question est rarement posée. Serait-ce par crainte de se heurter à une impasse ou de découvrir des (...)

Voter Macron, en se pinçant le nez, pour barrer la route du pouvoir à l’extrême droite

mardi 2 mai 2017 par Jean-Jacques Chavigné
Beaucoup, à gauche et dans les syndicats, s’interrogent sur la possibilité de voter blanc ou de s’abstenir. C’est un point du vue parfaitement respectable. Tout le monde réfléchit et peut changer d’avis jusqu’au 7 (...)

Vidéo

Pour Filoche, « essayer Le Pen, c’est comme essayer Hitler : vous avez un ticket aller mais sans ticket retour » (RMC le 28 avril 2017)

mardi 2 mai 2017
Invité de Jean-Jacques Bourdin ce vendredi matin sur RMC, Gérard Filoche, membre du bureau national du Parti socialiste, a indiqué pour qui il allait voter le 7 mai prochain au second tour de l’élection présidentielle : "Il y en a un qui a (...)

Bureau national du PS, lundi 24 avril

Intervention de Gérard Filoche

mardi 25 avril 2017 par Gérard Filoche
Le résultat du scrutin d’hier soir 23 avril est cruel à double titre : parce qu’il sanctionne le bilan désastreux du quinquennat, et parce qu’il sanctionne l’incapacité de la gauche à s’unir alors qu’elle (...)

Les trois leçons du 1er tour de la présidentielles

mardi 25 avril 2017 par Jean-Jacques Chavigné
23,9 % pour Emmanuel Macron, 21,4 % pour Marine Le Pen ; 19,9 % pour François Fillon ; 19,6 % pour Jean-Luc Mélenchon et 6,3 % pour Benoit Hamon. Ce sont donc, hélas, la droite et l’extrême droite qui s’affronteront au second tour (...)

Après la percée de Jean-Luc Mélenchon : la droite et François Hollande en font leur cible principale

mardi 18 avril 2017 par Jean-Jacques Chavigné
Paniqués à l’idée qu’un candidat de gauche puisse être au second tour et finisse par emporter l’élection présidentielle, les candidats de droite (Fillon, Macron) et les médias qui les soutiennent, agitent l’épouvantail (...)

Que faire au premier tour de la présidentielle ?

L’importance de la perspective d’un accord politique

mardi 18 avril 2017 par Christakis Georgiou
L’évolution des sondages en faveur de Jean-Luc Mélenchon et au détriment de Benoît Hamon ont fait naître un débat légitime chez de nombreux partisans de ce dernier : faut-il persévérer avec la campagne Hamon et voter pour celui-ci le 23 (...)

L’eau, bien commun de l’humanité

mardi 18 avril 2017 par Margaux Denantes
Nous reproduisons ici un article paru dans la rubrique « écologie » de la revue Démocratie&Socialisme de mars 2017. En 2013, l’OMS, recensait quelques 768 millions de personnes, n’ayant pas accès à l’eau potable, soit 11 % (...)

Point de vue : Pour permettre à la gauche d’être au second tour : Benoît
Hamon devrait se désister en faveur de Jean-Luc Mélenchon

jeudi 13 avril 2017 par Jean-Jacques Chavigné
J’ai milité pour des primaires de toute la gauche et des écologistes, allant du président de la République à Jean-Luc Mélenchon. J’ai persévéré dans cette voie après que François Hollande ait jeté l’éponge. Bien que mon (...)

Sanctuariser les biens communs : l’eau

jeudi 13 avril 2017 par Margaux Denantes
Nous reproduisons ici un article paru dans la rubrique « écologie » de la revue mensuelle « Démocratie&Socialisme » (n°243 de mars 2017)

Les nôtres

Hommage à Paul Kersalé

jeudi 13 avril 2017 par Gérard Filoche
Nous rendons ici hommage à Paul Kersalé, notre camarade et ami Paulo, militant socialiste du Finistère, ami de Démocratie&Socialisme, décédé le 31 mars dernier. Paulo, c’était un rocher breton. C’est comme cela que je l’ai (...)

Benoît, Jean-Luc, Yannick, Pierre : rencontrez-vous tous les quatre !

78 % des électeurs de gauche favorables à l’union (Ifop)

mardi 4 avril 2017
Un sondage vient de confirmer le fort besoin d’unité chez tous les électeurs de gauche qu’ils se retrouvent aujourd’hui derrière B. Hamon ou J-L. Mélenchon, ou hésitent encore à aller voter. Cette bataille unitaire pour les (...)

Fillon, Macron et les retraites

mardi 4 avril 2017 par Jean-Jacques Chavigné
François Fillon et Emmanuel Macron veulent tous les deux qu’« un euro cotisé donne les mêmes droits » dans tous les régimes mais tous les deux veulent imposer l’« égalité » en alignant ces droits vers les bas. Ils veulent aligner les (...)

Qualité de l’air et qualité de vie

Article paru dans la revue D&S d’octobre 2016

mardi 4 avril 2017 par Margaux Denantes
La pollution atmosphérique fait, chaque année, sept millions de morts. Des morts auxquels il faut ajouter un nombre inimaginable de malades. L’écologie n’est pas qu’abstraction, enjeu lointain qui permettrait de préserver la (...)

Macron, Fillon et le temps de travail

lundi 27 mars 2017 par Jean-Jacques Chavigné
Emmanuel Macron et François Fillon jouent tous les deux les matamores en clamant sur tous les tons qu’ils vont aller beaucoup plus loin que la Loi El Khomri. Macron ne veut en aucun cas être comptable du quinquennat de François Hollande (...)

Macron ne tire aucune leçon de la crise européenne

lundi 27 mars 2017 par Eric Thouzeau
Dans un entretien à Libération, Emmanuel Macron livre sa vision de l’Europe. Comme tout Bonaparte, même au petit pied, Macron tente de tenir un propos apparemment équilibré. Pourtant, son projet est bel et bien celui de poursuivre et (...)

Soutiens à Emmanuel Macron, vous n’êtes plus socialistes

lundi 27 mars 2017
Une tribune à l’initiative des Jeunes socialistes du Finistère dénonce les ralliements de Jean-Yves Le Drian, Bernard Poignant et Richard Ferrand au candidat d’En marche, qualifiant ce choix d’insulte aux centaines de milliers (...)

Pas de soutien socialiste pour Macron

lundi 20 mars 2017 par Jacky Paris
Le soutien de responsables socialistes à Macron créée des remous dans les fédérations socialistes. Nous reproduisons ici un texte de notre camarade Jacky Paris adressé aux militants de sa fédération (PS37) à propos des responsables socialistes (...)

Macron, Fillon et Le Pen

L’indépendance syndicale en ligne de mire

lundi 20 mars 2017 par Jean-Jacques Chavigné
La crise du capitalisme s’approfondit. La financiarisation de l’économie devait lui permettre de trouver une issue : la crise bancaire de 2007-2008 a mis à mal cette perspective. La baisse brutale de la croissance des « émergents » (...)

Le programme d’Emmanuel Macron

En marche : à droite toute !

lundi 13 mars 2017
Emmanuel Macron a fini par rendre public un programme qui n’est « ni de gauche, ni de gauche », mais bien « de droite et de droite ». Ce programme néolibéral consiste en une nouvelle série d’attaques contre le salariat, menées au nom (...)

Les « 144 engagements » de Marine Le Pen

lundi 13 mars 2017
Cet article est paru dans le numéro 242 de février 2016 de la revue Démocratie&Socialisme. La lecture du programme présidentielle de Marine Le Pen a un goût de déjà vu, quelque chose de banal qui devrait nous inquiéter. Ses « 144 (...)

Le baiser qui tue !

lundi 6 mars 2017 par Jean-Jacques Chavigné
La droite du Parti socialiste et une partie de l’appareil de ce dernier prodiguent leurs affectueux conseils à Benoît Hamon, mais c’est pour mieux l’étouffer. Le contenu de ces conseils est simple : pour gagner, il faut (...)

Pour défendre les droits des femmes

8 mars : En grève à partir de 15 h 40 !

mobilisation, mode d’emploi

lundi 6 mars 2017
1. Faire grève le 8 mars La CGT, Solidaires et la FSU appellent les salarié.es à se mettre en grève le 8 mars prochain pour exiger l’égalité professionnelle entre les femmes et les hommes. Il peut s’agir d’une grève toute la (...)

Antisystème ou fausse monnaie

De quoi Macron est-il le nom ?

mardi 28 février 2017 par Jean-Jacques Chavigné
Les prêches d’Emmanuel Macron ressemblent étrangement à ceux des prédicateurs évangéliques : ce qui importe, ce ne sont pas tant les paroles que l’émotion, la musique, le bruit ou encore la lumière. Pour les néo-convertis du « (...)

Adhérez à l’association Filoche2017

mardi 28 février 2017
Le 4 février, réunis en convention nationale, nous avons acté le principe d’un réseau militant autour de la revue mensuelle Démocratie & Socialisme, celui d’une Gauche démocratique et sociale. Il vise à favoriser les échanges (...)

Après la campagne Filoche2017

Poursuivons l’action engagée ensemble

mercredi 15 février 2017
À partir de la campagne de Gérard Filoche, de la bataille pour une candidature unique sur un socle commun, nous voulons continuer à affirmer nos priorités « du social au cœur » : Smic, minimas sociaux, revenu d’existence pour les (...)

Produire moins bien et consommer plus

L’obsolescence programmée

Article paru dans la revue D&S de janvier 2017

mardi 31 janvier 2017 par Margaux Denantes
En France, l’obsolescence programmée est devenue officiellement un délit (loi de transition énergétique de 2015). C’est une avancée, mais avec une application bien complexe car le processus s’est généralisé avec des entreprises (...)

Perturbateurs endocriniens

Contre la manipulation de la science par des industriels

Article paru dans D&S de décembre 2016

samedi 31 décembre 2016 par Eric Thouzeau
« Halte à la manipulation de la science ». Ainsi s’intitule une tribune parue dans le journal Le Monde fin novembre et co-signée par une centaine de scientifiques. Ils appellent à prendre des mesures urgentes pour prévenir des dangers des (...)

La France, mauvaise élève de l’écologie ?

Article paru dans la revue D&S de novembre 2016

mercredi 30 novembre 2016 par Margaux Denantes
Il avait fallu sept ans pour ratifier le protocole de Tokyo. L’accord de Paris sur le climat, lui, aura été ratifié en moins d’un an. Preuve que la question environnementale est devenue incontournable. L’accord de Paris (...)

Brexit

Un désaveu majeur pour l’Union européenne de Merkel et Hollande

jeudi 30 juin 2016 par Jean-Jacques Chavigné
51, 9 % des électeurs du Royaume-Uni se sont prononcés pour le « Leave », la sortie du Royaume-Uni de l’Union européenne (UE) et 48,1 % pour le « Remain » le maintien dans l’Union Européenne (UE). La participation était importante : (...)

Manifestation du 23 juin

Un président et un gouvernement dans les cordes

jeudi 30 juin 2016 par Jean-Jacques Chavigné
Quand un pouvoir est dans l’impasse, tout ce qu’il fait se retourne contre lui. Il peut nommer Necker, le renvoyer, le rappeler comme l’avait fait Louis XVI, la solution adoptée n’est jamais la bonne. Après 4 ans de (...)

Contre le projet de loi El Khomri

Pour défendre le droit de manifester

Mobilisons-nous les 23 et 28 juin

mardi 21 juin 2016 par Jean-Jacques Chavigné
Le gouvernement avait pris prétexte des inondations, de l’euro de football pour demander aux salariés d’arrêter leur mobilisation contre le projet de loi El Khomri alors que, s’il voulait vraiment que le mouvement (...)

Des terroristes aux casseurs en passant par les hooligans

La violence n’est ni ouvrière, ni syndicale

mardi 21 juin 2016 par Jean-Claude Rennwald
Nous reproduisons ici une tribune de notre ami Jean-Claude Renwald pour « L’Événement syndical », hebdomadaire du syndicat suisse Unia dont il est le directeur de publication. Unia est le plus grand syndicat en Suisse, actif dans les (...)

Argumentaire

Le revenu universel d’existence

mardi 21 juin 2016 par Pierre Ruscassie
Cet argumentaire de notre camarade Pierre Ruscassie, concernant le revenu universel d’existence (RUE), est paru dans la revue Démocratie&Socialisme n°235 de mai 2016. Pour permettre à chaque personne de subvenir à ses besoins vitaux (...)

« Film d’horreur de la droite »

L’essentiel est déjà dans le projet de loi El Khomri !

mercredi 15 juin 2016 par Jean-Jacques Chavigné
Lors du « grand » meeting parisien du 8 juin 2016, Jean-Christophe Cambadélis, prononçait un discours qui ne fera pas forcément date mais qui n’en est pas moins un lourd symptôme de l’impasse dans laquelle se retrouve François (...)

Livre de Jean-Marie Le Guen

Retour au XIXe siècle

mercredi 15 juin 2016 par Pierre Ruscassie
Nous reproduisons un article de notre camarade Pierre Ruscassie paru dans la revue Démocratie&Socialisme de mai 2016. Dans son livre La gauche qui vient, Jean-Marie Le Guen présente le projet qu’il partage avec François Hollande. Il y (...)

Palestine

Daech et la Palestine

mercredi 15 juin 2016 par Philippe Lewandowski
Si seuls quelques naïfs indécrottables et des cyniques éhontés s’obstinent à relayer les amalgames mensongers entre une lutte pour vivre dans la dignité et les prétentions sanglantes d’aventuriers mortifères, il peut néanmoins (...)

Nous sommes la majorité. Toutes et tous à Paris le 14 juin !

Édito de La Lettre de Démocratie & Socialisme N°281 - 8 juin 2016

jeudi 9 juin 2016
Cela dure depuis plus de 3 mois ! Aucun argument n’a retourné l’opinion, toujours défavorable malgré toutes les tentatives de la monter contre les blocages, contre les grèves. Nous sommes la majorité ! Celle d’aujourd’hui (...)

Bureau national du PS, lundi 6 juin 2016

Intervention de Gérard Filoche

mercredi 8 juin 2016 par Gérard Filoche
Comment faire pour rassembler la gauche, quand le Premier ministre a déclaré qu’il existait « deux gauches irréconciliables » ? Et on ne peut pas dire que ses actes nuancent ses propos : car en actes, tous les jours, par la brutalité de (...)

Le FN passé à l’acide du mouvement social

mercredi 8 juin 2016 par Jean-Jacques Chavigné
Le mouvement social contre le projet de loi El Khomri passe à l’acide les contradictions du Front national. Le parti d’extrême droite affirme s’opposer au projet de loi, mais en même temps, il n’a pas de mots assez durs (...)

80 ans du Front populaire

La victoire électorale de mai 1936

mercredi 8 juin 2016 par Jean-François Claudon
À l’occasion des 80 ans du Front populaire, D&S a tenu à porter un éclairage particulier sur ces trois mois du printemps 1936, à l’issue desquels le sort des salariés français allait si radicalement changer. Cette semaine, nous (...)

Le « costard » de Macron

lundi 30 mai 2016 par Jean-Jacques Chavigné
En se permettant de répondre à un jeune militant CGT, vêtu d’un T-shirt, qui lui faisait une remarque sur son beau costume, « la meilleure façon de se payer un costard, c’est de travailler » , Emmanuel Macron ne se contentait pas (...)

Pollution chimique en Méditerranée

Des boues moins rouges, mais toujours aussi toxiques (2e partie)

lundi 30 mai 2016 par Jean-Paul Nail
Depuis 1893, l’usine de Gardanne pollue en toute impunité le littoral de la Grande bleue. En décembre dernier, à l’annonce de la reconduction du permis de polluer accordé généreusement au groupe Altéo sur ordre de Valls, le scandale (...)

80 ans du Front populaire

Aux origines du rassemblement

lundi 30 mai 2016 par Jean-François Claudon
À l’occasion des 80 ans du Front populaire, D&S tient à porter un éclairage particulier sur ces trois mois du printemps 1936, à l’issue desquels le sort des salariés français allait si radicalement changer. Ce mois-ci, nous (...)

Salaires des patrons

Valls et Gattaz : une bataille dans un verre d’eau

mardi 24 mai 2016 par Jean-Jacques Chavigné
Le projet de loi El Khomri vise à diminuer brutalement toutes les protections des salariés, à faire sauter les principaux obstacles à leurs licenciements et à permettre, ainsi, leur exploitation accrue. Sous prétexte de faire reculer le chômage, (...)

Pollution chimique en Méditerranée 1/2

Des boues moins rouges, mais toujours aussi toxiques

mardi 24 mai 2016 par Jean-Paul Nail
Nous reproduisons ici la première partie d’un article de notre camarade Jean-Paul Nail paru dans la revue Démocratie&Socialisme de mars 2016. Nous publierons la suite dans la prochaine lettre électronique de D&S. Depuis 1893, (...)

Palestine

1936 en Palestine

mardi 24 mai 2016 par Philippe Lewandowski
Nous publions ci-dessous la chronique Palestine de notre ami Philippe Lewandowski, parue dans la revue Démocratie&Socialisme n°234 d’avril 2014. L’année 1936 fait immanquablement penser à l’Espagne, à la France du Front (...)

Nicolas Sarkozy un social-démocrate ?

En réponse à Henri Weber

mercredi 18 mai 2016 par Jean-Jacques Chavigné
Dans une tribune de Libération, le 6 mai 2016, Henri Weber fait la démonstration que les fidèles de François Hollande sont capables des acrobaties les plus périlleuses pour tenter de démontrer que leur champion n’est pas un « (...)

Baisse des déficits

Au détriment de l’investissement et de l’emploi

mercredi 18 mai 2016 par Clémentine Frondeuse
Nous publions ici un article paru dans le numéro d’avril de Démocratie&Socialisme n°234 d’avril 2016. Le gouvernement s’est félicité fin mars d’un déficit public 2015 plus faible que celui qui avait été anticipé : (...)

Portugal

Unité partielle de la gauche et avancées concrètes

mercredi 18 mai 2016 par Michel Cahen
Nous reproduisons ici un article de notre camarade Michel Cahen écrit fin mars et publié dans le numéro d’avril de la revue Démocratie&Socialisme n°234 d’avril 2016. Le 4 octobre 2015 ont eu lieu les élections législatives au (...)

Loi travail : Le Compte Personnel d’Activité

Un couteau sans lame et… sans manche

mardi 10 mai 2016 par Jean-Jacques Chavigné
Le projet de loi El Khomri multiplie les régressions sociales et n’offre, en contrepartie, que le compte personnel d’activité (CPA), présenté par Manuel Valls comme une avancée sociale qui serait digne des 40 heures en 1936, de la (...)

Loi travail

Le projet de loi El Khomri contre les droits des femmes

mardi 10 mai 2016 par Jérôme Frévent
L’article 1er affirme l’essentiel du projet de loi El Khomri : l’inversion de la hiérarchie des normes et la place centrale attribuée à la négociation collective, c’est-à-dire à l’accord d’entreprise, là où (...)

Loi travail

Il y a compromis et El Khomri !

mardi 10 mai 2016 par Richard Bloch
Nous reproduisons ici un article de notre ami Richard Bloch (conseiller CGT du salarié). Cet article est paru dans la revue Démocratie&Socialisme n°234 d’avril 2016. Si négocier un compromis ne choque personne dans son principe, il (...)

Projet de loi El Khomri

Un projet modifié seulement à la marge 

Jeudi 28 avril : mobilisons-nous pour le retrait

lundi 25 avril 2016
1. Les changements apportés le 24 mars sont limités et ne vont pas tous dans le bon sens Quelques reculs limités qui ne sont pas, pour autant, des « avancées sociales » Réintroduction, en raison de l’indignation soulevée par cette (...)

Loi travail

Les PME : un alibi pour les grandes entreprises

lundi 25 avril 2016 par Jean-Jacques Chavigné
Bien souvent, lorsqu’un mauvais coup se prépare contre les salariés au profit des grandes entreprises, ces dernières se cachent derrière le paravent des PME. Une autre forme de « sociétés-écrans »… La directive « secret des affaires (...)

Palestine

Les infléchissements du droit

lundi 25 avril 2016 par Philippe Lewandowski
Nous publions ci-dessous la chronique Palestine de notre ami Philippe Lewandowski, parue dans Démocratie&Socialisme n°233 de mars 2016. Il faut bien se rendre à l’évidence : si le gouvernement israélien s’assied avec arrogance (...)

Les approximations de François Hollande

mardi 19 avril 2016 par Jérôme Frévent
Le jeudi 14 avril, François Hollande s’exprimait sur le plateau de l’émission « Dialogues citoyens », pendant 90 minutes, ce qui faisait beaucoup pour un « Président normal ». Les citoyens qui l’interrogeaient avaient été triés (...)

Une semaine après les révélations des « Panama papers »

Vote de la directive « secret des affaires »

mardi 19 avril 2016 par Jean-Jacques Chavigné
Le 14 avril, malgré les révélations des « Panama papers » sur les milliers de personnes (dirigeants politiques ou leurs proches, chefs d’entreprise, membres de la Fifa, sportifs professionnels, détenteurs d’importants (...)

1906 : la Charte d’Amiens

Mythes et réalités d’un monument du syndicalisme

mardi 19 avril 2016 par Hervé Le Fiblec
Nous reproduisons ici un article paru dans la revue Démocratie&Socialisme n°233 de mars 2016. En 1906, lors de son congrès tenu à Amiens, la Confédération générale du travail adopte un « ordre du jour » qui va acquérir une étonnante (...)

Valls : deux ans déjà !

mercredi 13 avril 2016 par Jean-Jacques Chavigné
Manuel Valls est le Premier ministre de François Hollande depuis deux ans, depuis le 31 mars 2014, très exactement. L’intéressé ne fait pas grand bruit autour de cet anniversaire. Il est facile de comprendre pourquoi au vu du bilan de ces (...)

De Sochaux à Panama

Vol en première classe par air CICE

mercredi 13 avril 2016 par Richard Bloch
Nous publions ici un billet d’humeur de notre ami richard Bloch, conseiller CGT du salarié

Eugen Debs : la source d’inspiration de Bernie Sanders

mercredi 13 avril 2016 par Julien Guérin
Nous reproduisons un article de notre ami Julien Guérin, paru dans la revue Démocratie&Socialisme n°233 de mars 2016.

Chômage et précarité

Les « modèles » espagnol et italien (Deuxième partie)

lundi 4 avril 2016 par Jean-Jacques Chavigné
Nous publions cette semaine la deuxième partie d’un article de notre camarade Jean-Jacques Chavigné. La semaine dernière, il s’agissait du prétendu modèle espagnol ; cette fois-ci c’est au tour du cas italien. II- Le « Jobs (...)

Crise agricole

L’aveuglement de la FNSEA

lundi 4 avril 2016 par Michel Berhocoïrigoin
Michel Berhocoïrigoin est un ancien secrétaire général de la Confédération paysanne nationale, président de la chambre d’agriculture alternative du Pays basque de 2005 à 2015. Avec son accord et afin d’éclairer la profond crise (...)

Suisse

Le peuple rejette l’initiative UDC sur les criminels étrangers

lundi 4 avril 2016 par Jean-Claude Rennwald
Nous publions ici la chronique mensuelle de notre ami Jean-Claude Rennwald, militant socialiste et syndical suisse, ancien député (PS) au Conseil national suisse. Cet article est paru dans le numéro 233 de la revue Démocratie&Socialisme (...)

Le chômage augmente encore en février

mercredi 30 mars 2016
La Dares (Direction des statistiques du ministère du Travail) vient de rendre publics les chiffres de l’emploi pour février 2016 : le chômage a de nouveau augmenté en février 2016. 38 400 demandeurs de plus ont été recensés par Pôle (...)

Chômage et précarité

Les « modèles » espagnol et italien (Première partie)

mercredi 30 mars 2016 par Jean-Jacques Chavigné
Notre camarade Jean-Jacques Chavigné revient sur la question du chômage et sur les prétendus modèles mis en avant en France par les tenants du néo-libéralisme. Cette semaine, ce sera d’abord le cas espagnol (1re partie), la semaine (...)

Le Brexit et la gauche britannique

Nous reproduisons ici la chronique « Internationales » de notre ami Philippe Marlière, professeur de sciences politiques à l’University College de Londres. Cet article est paru dans la revue Démocratie&Socialisme n°233 de mars 2016. (...)

Tunisie : la réussite de la révolution dépend de sa jeunesse

mercredi 30 mars 2016 par Johann Cesa
Nous reproduisons ici un article de notre camarade Johann Cesa paru dans la revue Démocratie&Socialisme n°232 de février 2016. À chaque fois que l’on se promène dans les pays du Maghreb, on est toujours frappé par l’omniprésence (...)

Contre le projet de loi El Khomri, la jeunesse accentue sa mobilisation

jeudi 24 mars 2016 par Jean-Jacques Chavigné
Le 17 mars, 150 000 jeunes lycéens et étudiants se sont mobilisés dans toute la France. 50 000 de plus que le 9 mars. Comme en mai 1968, pourtant, plusieurs universités parisiennes étaient fermées pour empêcher que se tiennent les assemblées (...)

Solidarité avec les innocents massacrés à Bruxelles !

jeudi 24 mars 2016
Le mardi 22 mars, au moins 31 personnes ont été tuées et 270 autres blessées, brûlées, parfois gravement, par deux attentats terroristes revendiqués par l’Organisation État Islamique. Elles se rendaient au travail quand elles ont été (...)

Après Air France, Goodyear

Du bon usage du mot voyou…

jeudi 24 mars 2016 par Richard Bloch
Nous reproduisons ici un article de notre ami Richard Bloch, conseiller CGT du salarié. Il est paru dans la revue Démocratie&Socialisme de février 2016. Il y a peu de temps un premier ministre français, à propos de chemise, traitait (...)

Palestine

Hors du chœur

jeudi 24 mars 2016 par Philippe Lewandowski
Nous publions ci-dessous la chronique Palestine de notre ami Philippe Lewandowski, parue dans Démocratie&Socialisme n°232 de février 2016. Hors du chœur des thuriféraires de la colonisation et des inconditionnels de la politique (...)

Les concessions fort limitées de Manuel Valls

mardi 15 mars 2016
Le texte de la nouvelle mouture du projet de loi, annoncée le 15 mars, ne sera vraiment connu que le 24 mars, à l’issue du Conseil des ministres. Cependant, Manuel Valls se dit prêt à faire quelques concessions, sur des points très (...)

Loi travail

Déclaration commune CGT, FO, FSU, Solidaires, UNEF, UNL, FIDL

mardi 15 mars 2016
[Déclaration commune suite à la réunion organisée ce 14 mars à Matignon sur la loi Travail et à l’opération de communication du gouvernement] Les mobilisations, notamment celles du 9 mars initiées par les organisations de jeunesse et les (...)

Le chômage et sa courbe (4)

mardi 15 mars 2016 par Jean-Jacques Chavigné
Nous publions la quatrième et dernière partie d’un article de notre camarade Jean-Jacques Chavigné. >> Lire la première partie >> Lire la deuxième partie >> Lire la troisième partie 5 - Les entreprises, seules, ne créent pas (...)

Un an de pouvoir pour Syriza

Bon anniversaire, Alexis ?

mardi 15 mars 2016 par Jean-François Claudon
Nous reproduisons ici un article de notre camarade Jean-François Claudon paru dans la revue Démocratie&Socialisme de février 2016. Le 25 janvier dernier, Alexis Tsipras soufflait sa première bougie en tant que premier ministre. Il est bien (...)

Derniers articles

Un gouvernement de droite et de combat

Édito de La Lettre de Démocratie & Socialisme N°297 - 18 mai 2017

vendredi 19 mai 2017
Macron a nommé un premier ministre de droite. La composition de son conseil d’administration vient d’être annoncée : un gouvernement de combat, clairement orienté à droite. À l’économie, ministère-clé : Bruno Le Maire, secondé (...)

Rassembler l’opposition de gauche à Macron

Édito de La Lettre de Démocratie & Socialisme N°296 - 11 mai 2017

jeudi 18 mai 2017
Le danger Le Pen a été écarté. L’heure de la reconstruction d’une gauche rose-rouge-verte a sonné. Elle se fera dans l’opposition à la majorité présidentielle macroniste. Plus de 10 millions d’électeurs (34 %) se sont (...)

Deux urgences

Transformer le 7 mai en référendum contre Le Pen et le FN. Rassembler toute la gauche, rose, rouge, verte dans l’action et lors des législatives

Édito de La Lettre de Démocratie & Socialisme N°295 - 2 mai 2017

mercredi 3 mai 2017
L’arrivée au pouvoir de nationalistes xénophobes conduirait à la montée de la violence et ferait courir le risque d’une situation de guerre civile. Entre les mains d’un parti d’extrême droite, autoritaire, les (...)

Audio

Gérard Filoche, au meeting du Collectif pour un Audit Citoyen de la Dette Publique à Bordeaux

Enregistré par "La Clé des Ondes" - 90.1 FM

Articles

Comment résister aux lois Macron, El Khomri et Cie ?

Adapter l’humain au travail ou le travail à l’humain ?

Par Richard Abauzit et Gérard Filoche

Nouveauté, mars 2015

Vive l’entreprise ?

Le code du travail en danger

Nouveauté : dernier livre de Gérard Filoche à paraître le 10 septembre

Comment résister à la démolition du Code du travail

La gauche ne doit pas mourir !

Le manifeste des socialistes affligés

Découvrez l’ouvrage des Socialistes affligés Liêm Hoang-Ngoc et Philippe Marlière.

Paru en novembre 2014. Détail sur le site de l’éditeur : Les Liens qui libérent.

2014, année Jaurès

Livre

À l’ombre du mur de basalte, par Julien Guérin

Livre à découvrir

Les rédacteurs de D&S publient


- Jean-Jacques Chavigné et Gérard Filoche ont publié ensemble « Une vraie retraite à 60 ans, c’est possible » (Jean Claude Gawsewitch, 2010). Ce livre en est la version 2013, actualisée.



- La gauche radicale en Europe, coécrit par notre ami Philippe Marlière.



-  Le choc
Après Cahuzac ?
Par Gérard Filoche, Jean-François Claudon, Cyril Gispert et Jean-Jacques Chavigné.

Éditions Jean-Claude Gawsewitch, 128 p., 9,90 euros



- La dette indigne
10 questions, 10 réponses
Par Jean-Jacques Chavigné et Gérard Filoche.

Éditions Jean-Claude Gawsewitch, 240 p., 14,90 euros

En 10 questions, 10 réponses, les deux auteurs avancent leurs propositions après un passage en revue détaillé de toutes les solutions présentées : de la restructuration des dettes publiques aux plans d’austérité en passant par la « règle d’or », la sortie de la zone euro, les euro-obligations ou la monétisation des dettes publiques.



- "Une vraie retraite à 60 ans, c’est possible" de Jean-Jacques Chavigné et Gérard Filoche - Éd. Jean-Claude Gawsewitch
- Gérard Filoche sur France culture à propos du livre

Agenda

Tous les lundis 18 h : bureau national du PS

Mardi 1er mars : Direction nationale de la motion B.

Lundi 7 mars : BN à 18 h avec El Khomri + 20 h CQFD Bourse du travail MLG Paris

Mardi 8 mars : CQFD Morlaix 22 congrès CGT CHPM de 14 à 17 h

Mercredi 9 mars : mobilisation et grève contre la loi El Khomri

Jeudi 10 mars : Toulouse CGT PCF 31/ D&S 31 (+ meeting à Paris ??? )

Vendredi 11 mars : Toulouse 31 AM Fac du Mirail et le soir collectif JOB

Samedi 12 mars : CQFD Tarbes 65

Lundi 14 mars : BN – les lundis de gauche au PCF Fabien Paris 75019

Mardi 15 mars : cercle E Pailleron Paris 19° de 19 à 21 h

Mercredi 16 mars : CQFD réunion 20 h à Sens 89

Jeudi 17 mars : 9 h - 12 h congrès architectes Paris 19° Unef + livre 18 h

Vendredi 18 mars : CQFD Sotteville-les-Rouen 76

Lundi 21 mars : midi aux Ulis Essonne 91 – 19 h école de formation et ou Bn

Mardi 22 mars : CQFD UD CGT 34 Montpellier

Mercredi 23 mars : CQFD Noailles PS Oise 60

Jeudi 24 mars : CQFD 18 h 30 h fac parisiennes UNEF paris 1

Vendredi 25 mars : CQFD 20 h 30 Audincourt 25 PSA-Sochaux

Mardi 29 mars : CQFD Orléans UEC 45 avec Ian Dufour

Mercredi 30 Mars : CQFD UEC Lyon 69

Jeudi 31 mars : grève manifestation + Rennes 35

/ / /

Vendredi 1er avril : PS à Brest 29

Samedi 2 avril : PS à Quimper 29

Mardi 5 avril : réunion FdG à Plessis-Trevise 78

Mercredi 6 avril : réunion CQFD à Ivry 94 avec Pcf

Jeudi 7 avril : PS à Malaucène 84

Vendredi 8 avril : CQFD à Manosque 04

Samedi 9 avril : PS à Péage du Roussillon Grenoble 38

Lundi 25 avril : CQFD Chalons-en-Champagne 51

Mardi 26 avril : UNEF Fac de Rouen 76 50 ans de mai 68 + Elbeuf

Jeudi 28 et vendredi 29 : en Lorraine CGT 57

/ / /

Abonnez-vous à la revue "Démocratie & Socialisme"
Abonnez-vous à la lettre de D&S par courriel
Au boulot ! La chronique de Gérard Filoche dans l'Humanité Dimanche
Dossier retraites 2013

Vidéo

« essayer Le Pen, c’est comme essayer Hitler : vous avez un ticket aller mais sans ticket retour »

Vidéo

"On ne peut pas rester socialiste et soutenir Macron" lance Gérard Filoche

Vidéo

Les dangers des trois candidats de droite et d’extrême droite à la présidentielle 2017

Vidéo

La nécessaire unité à gauche, par Gérard Filoche

Vidéo

"C’est l’unité de la gauche qu’il nous faut pour gagner" Gérard Filoche chez les Grandes Gueules RMC

Vidéo

Plaidoyer pour l’Unité de la gauche en 2017 par Gérard Filoche

Vidéo

C à Vous - France 5 : Gérard Filoche, le Bernie Sanders français

Vidéo

Gérard Filoche invité de Jean-Jacques Bourdin sur RMC BFMTV

Vidéo

FILOCHE PRÉSIDENT ! Mais d’abord retrait de la Loi travail "et son monde"

Vidéo

Gérard Filoche sur RFI : « le droit du travail a été érigé pour résister aux exigences des entreprises »

Vidéo

9 mars, grève générale contre la loi travail !

Vidéo

Gérard Filoche sur la loi El-Khomri : "Ils veulent arriver au licenciement sans motif"

Vidéo

La campagne Stop3CDD sur SudRadio

Vidéo

« Rien n’est bon dans le Macron »

Radio

Goodyear : G. Filoche indigné par la condamnation d’anciens salariés

Vidéo

MEDEF, loi Macron, Uber, primaire à gauche : Gérard Filoche sur RFI

Vidéo

G. Filoche sur BFMTV - Déchéance de nationalité : "La politique de Valls et Hollande ne fait que tourner le dos aux socialistes"

Vidéo

LCI : Filoche commente les régionales

Vidéo

#Flashtalk L’Uberisation de la société (France Ô / LCP)

Vidéo

Stop 3 CDD !

Vidéo

BFM TV : Gérard Filoche sur le plan de licenciement d’Air France

Vidéo

Gérard Filoche dans le Club de la presse sur Europe 1

Vidéo

Filoche sur BFM TV : "J’ouvre le site macron-demission.fr"

Vidéo

Gérard FILOCHE et l’avenir du code du travail

Rencontres de Marennes 2015 - À Gauche Pour Gagner

Vidéo

Gérard Filoche : "Laissons le gouvernement grec actuel faire son travail"

Radio

Gérard Filoche était l’invité du Téléphone Sonne

Mieux licencier pour mieux embaucher ?

Vidéo

Intervention de Gérard Filoche au Congrès PS de Poitiers 2015

Radio

Gérard Filoche sur RFI « Le droit du travail est un rempart contre le chômage de masse »

Vidéo

La loi Macron et le congrès du PS

Vidéo

Quel est l’enjeu du congrès du PS ?

Vidéo

Gérard Filoche sur Emmanuel Macron : "Il est XIXe siècle, il travaille pour ceux d’en haut"

Vidéo

Fraude fiscale : l’explication de Gérard Filoche

Vidéo

La Loi Macron dans Là-bas Hebdo

Conférence filmée de 53 minutes sur le projet de loi Macron

Vidéo

Prise de parole de Gérard Filoche lors de la soirée Fakir « La dissidence, pas le silence ! »

Vidéo

Analyse de la Loi Macron

Vidéo

Soutien de Gérard Filoche à Syriza

Vidéo

Quand Gérard Filoche "décode" le Code du Travail

Vidéo

Intervention d’Éric Thouzeau lors de la réunion Vive la Gauche du 29 novembre

Vidéo

Prud’hommes, Code du travail : entretien pour l’Humanité

Vidéo

Entretien de Gérard Filoche avec Yahoo Sciences Po TV

Vidéo

Gérard Filoche revient sur son tweet sur Total pour L’Union L’Ardennais

Vidéo

Conférence débat avec Gérard Filoche à Alès le 22 octobre 2014