Démocratie & Socialisme
Navigation

Le programme féministe socialiste

samedi 14 avril 2007 par Virginie Houadec

 
Quand on parle des discriminations en France, on pense aux discriminations raciales, aux discriminations sociales parfois on pense aux discriminations liées à l’homosexualité et souvent, la plupart du temps, presque toujours on oublie les discriminations majeures que sont les discriminations faites aux femmes.

Les discriminations faites aux femmes sont les discriminations les mieux partagées de tous les groupes sociaux, de tous les groupes ethniques. Elles commencent très tôt, dès la petite enfance.

Savez-vous qu’une petite fille reçoit moins de cadeaux qu’un petit garçon ?

Savez-vous qu’un enseignant-e donne moins la parole aux filles qu’aux garçons ?

Savez-vous que les filles qui entrent en 1ère S sont moins nombreuses que les garçons et pourtant elles ont eu de meilleures notes au brevet des collèges en math que les garçons ?

Il se trouve que pour le première fois à des élections présidentielles, on a un parti qui intègre totalement dans ses moindres recoins la lutte contre les discrimination faites aux femmes.

C’est la première fois que la lutte des discrimination faites aux femmes n’est pas un paragraphe qu’on ajoute à la fin d’un programme pour qu’il soit politiquement correct.

Les propositions de Ségolène ROYAL vont améliorer de manière sérieuse, profonde et durable la vie quotidienne des femmes.

Proposition N°7 : Augmenter les salaires

- Le SMIC sera porté à 1500 €, le plus tôt possible dans la législature.
- Afin de tirer vers le haut tous les salaires, une conférence nationale sur les salaires, les revenus et la croissance réunissant les partenaires sociaux sera organisée dès juin 2007. Cette conférence sera annuelle. 17% des salarié-e-s touchent le SMIC sur ces 17% la majorité 82% sont des femmes.

Proposition N° 8 : Revaloriser immédiatement les petites retraites

- L’amélioration des petites retraites sera la première priorité de la réforme des retraites. Elles seront augmentées de 5%.
- Le minimum vieillesse sera versé mensuellement.
- Le paiement des retraites de la sécurité sociale sera rétabli au 1er jour de chaque mois.

En France, les femmes retraitées touchent en moyenne 850 € par mois et les hommes retraités 1450 €. Chez les fonctionnaires, l’écart est moins grand : les pensions des hommes sont « seulement » 30% plus fortes que celle des femmes. Les bonifications pour enfants rapportent 2 fois plus aux hommes qu’aux femmes :129 € contre 64 € 3 retraités sur 10 ont perçu une retraite inférieure au minimum vieillesse : parmi eux, 83% de femmes. Les femmes prennent en moyenne leur retraite 2 ans plus tard que les hommes (pour augmenter leur trop faible nombre d’annuités de cotisation).

Proposition N°10 : Doubler l’allocation de rentrée scolaire qui sera versée aux familles en deux fois

Cela a un sens pour toutes les familles démunies et en particuliers pour les familles monoparentales- 97% de femmes cheffes de familles.

Proposition N°12 : Lutter contre le logement cher, une sécurité logement tout au long de la vie

- Augmenter les allocations logement de manière à limiter à 25% le montant des dépenses de logement pour les ménages modestes.
- Construire 120 000 logements sociaux par an grâce à une incitation au livret A. L’Etat pourra se substituer aux maires qui n’appliquent pas la loi SRU.
- Créer un service public de la caution afin que celle-ci ne soit plus un frein à l’accès au logement tout en sécurisant le propriétaire. En contrepartie, les procédures d’expulsion des locataires de mauvaise foi seront simplifiées.
- Conditionner les avantages fiscaux et les aides publiques à une modération des loyers.
- Remettre à la location les logements vacants spéculatifs. Les communes pourront également les acquérir par une procédure exceptionnelle.
- Encourager l’accès à la propriété par l’extension des prêts à taux zéro. Dans le logement social, les locataires qui ont payé pendant 15 ans leur loyer pourront accéder à la propriété.
- Sanctionner financièrement les communes qui ne respectent pas le ratio moyen de un pour mille habitants pour les hébergements d’urgence.

Les femmes seules avec enfants connaissent plus que les autres la difficulté de se loger. ON parle régulièrement des testings réalisés par les associations anti racistes auprès des agences immobilières. Saviez-vous que pour un agent immobilier une femme seule avec enfant représente une source de problème pour le propriétaire ?

Proposition N° 17 : Créer le droit au premier emploi des jeunes, pour qu’aucun jeune ne reste au chômage au-delà de six mois sans avoir un accès à une formation, un emploi aidé ou un tutorat rémunérés. Ouvrir 500.000 emplois tremplins aux jeunes, en généralisant la mesure prise par les régions de gauche.

A diplôme égal les filles trouvent plus difficilement un travail.

Proposition N°19 : Mettre en place un revenu de solidarité active (RSA) permettant l’amélioration d’un tiers de ses ressources à tout bénéficiaire de minima sociaux reprenant le travail

Retrouver un emploi après avoir cessé son activité pour élever son enfant est une vraie difficulté pour les salariées du privé. L’inspection du travail constate régulièrement des reclassements infondés.

Proposition N°23 : Mettre en place un service public de la petite enfance et la scolarisation obligatoire dès 3 ans. Assurer la maîtrise de la langue parlée à la maternelle.

Il faut cesser de faire porter aux femmes et aux femmes uniquement par le biais des politiques familiales actuelles la charge des soins à la famille. La logique d’égalité implique de généraliser les droits individuels en remplacement des droits dérivés. Les politiques familiales et fiscales doivent favoriser l’égalité des femmes et des hommes (par exemple en Suède, les avantages du congé parental sont soumis à une condition d’alternance entre les deux parents ; en Finlande, naître donne droit à une place en crèche). En France, le service public de la petite enfance répondra à cette nécessité.

Proposition N°28 : Implanter des classes préparatoires aux grandes écoles dans les quartiers qui en sont dépourvus.

L’excellence scolaire ne doit pas être réservée aux établissements de centre-ville.

Les filles des banlieues réussissent aussi bien que leurs consoeurs des beaux quartiers . Pourtant on ne les retrouve pas dans les classes préparatoires aux grandes écoles, pourquoi ? c’est trop loin, on ne connaît pas, les parents s‘inquiètent...

Proposition N°30 : Adopter une loi de programmation pour redonner à nos universités les moyens de l’excellence.

En 5 ans, la dépense par étudiant sera portée au même niveau que la moyenne des pays de l’OCDE. Renforcer l’autonomie des universités dans le cadre national. Associer les régions à la remise à niveau des universités (bâtiments, logements étudiants...).

Il se dit à mi voix qu’un des moyens de survie des étudiantes c’est la prostitution occasionnelle. Il faut que nos étudiant-e-s aient de bonnes conditions pour vivre et étudier.

Proposition N°31 : Créer un service public d’orientation pour que les jeunes soient informés pleinement des débouchés offerts par chaque filière.

60% des femmes exercent dans des métiers qui ne représentent que 30% des emplois. 6 CSP très féminisées (les mêmes qu’en 1960). Le taux de chômage : 12.5% contre 9 % hommes. Les femmes représentent 80% des temps partiels.11% de femmes contre 6 % d’hommes dans les emplois précaires. OUI, il y a nécessité d’un service public d’orientation.

Proposition N°38 : Créer des dispensaires, notamment dans les zones rurales.

Les femmes vivent plus âgées que les hommes, elles sont encore plus isolées en zone rurale.

Proposition N°39 : Mettre en œuvre une carte santé jeune 16/25 ans ouvrant droit à la gratuité d’une consultation par semestre. Contraception gratuite pour les jeunes femmes de moins de 25 ans.

Une bonne contraception est avant tout une contraception choisie et adaptée. Il existe pourtant aujourd’hui une dizaine de méthodes de contraception différentes, présentant toutes des avantages et des inconvénients. Une information à grande échelle est nécessaire. La prise en charge gratuite de la contraception des jeunes de moins de 25 ans est une question de santé publique.

Proposition N°53 : Faire de la lutte contre les violences conjugales une priorité nationale

Faire adopter une loi cadre sur les violences conjugales prenant en compte tous les aspects permettant d’éradiquer ce fléau.

En France, une femme sur 10 est victime de violence. Une femme meurt tous les trois jours sous les coups d’un homme. 137 femmes sont violées par jour.

Proposition N°69 : Instaurer le non cumul des mandats pour les parlementaires.

Permettra une plus grande implication des femmes dans la sphère publique.

Proposition N°74 : Refuser toute remise en cause de la loi de 1905 sur la séparation des Eglises et de l’Etat, et intégrer à la Constitution une charte de la laïcité.

Toutes les Eglises organisent la soumission des femmes aux hommes. Il est important et il est temps d’organiser l’égalité des femmes et des hommes.

Enfin, sans commentaires comme une évidente conclusion Proposition N° 85 : Faire respecter l’égalité hommes-femmes, notamment au travail

- Elaboration d’une charte pour l’égalité d’accès et l’égalité de traitement, ouverte à l’adhésion des entreprises et des services publics.
- Engagement de l’Etat pour une promotion égale des femmes et des hommes pour les emplois de responsabilité.

Virginie HOUADEC

Loading
Abonnez-vous à la revue "Démocratie & Socialisme"
Abonnez-vous à la lettre de D&S par courriel
Rejoindre le groupe des amis de  D&S sur lacoopol.fr
Au boulot ! La chronique de Gérard Filoche dans l'Humanité Dimanche