Démocratie & Socialisme
Navigation

Communiqué no 33 de la campagne pour faire gagner la gauche

La droite a tellement peur que Ségolène soit au 2e tour qu’elle déclenche les « intox » pour l’en empêcher et nourrir encore la diversion Bayrou

dimanche 15 avril 2007 par Jean-Jacques Chavigné

 
La Droite, la classe dominante n’ont qu’une peur : que Ségolène Royal soit présente au second tour. Ils savent très bien qu’elle aurait, alors, de fortes chances de l’emporter.

Et ils craignent les dynamiques que nous pouvons donner à sa victoire après quatre années de luttes sociales (de 2002 à 2006) et de votes victorieux (de 2004 à 2005)

« Mme Royal menacée au premier tour, M. Sarkozy au second », tel était, d’ailleurs, le titre d’un article de Jean-Baptiste de Montvalon dans « Le Monde » du 11 avril. La conclusion de cet article qui se présentait comme une synthèse de l’analyse des principaux instituts de sondage était tout aussi significative : « Au risque d’amoindrir sa capacité de rassemblement au second tour, M. Sarkozy a attiré à lui des électeurs du FN. Au risque de se voir éliminée dès le premier tour, Mme Royal a laissé « filer » un partie des sympathisants du PS chez M. Bayrou ».

Cette peur de la Droite et de la classe dominante permet de donner l’éclairage adéquat à la rumeur faisant état d’une soi-disant enquête des Renseignements Généraux. Selon cette enquête, Ségolène Royal arriverait en 4ème positions au 1er tour, après Sarkozy, Le Pen et Bayrou. Le but de cette rumeur, complaisamment colportée sur l’Internet et par les principaux médias, est évident : il s’agit de jouer sur la peur qu’inspire Sarkozy et d’insinuer l’idée, chez les électeurs de gauche, que seul Bayrou pourrait lui faire barrage.

Cette peur permet également de comprendre la simultanéité de cette rumeur et du tapage médiatique autour de l’annonce de Rocard faite à Bayrou. Ce tapage tente d’estomper les frontières entre la gauche et la droite et de renforcer l’image de « sauveur » de Bayrou au moment même où la rumeur affirme que Bayrou précéderait Ségolène Royal au 1er tour.

Que Rocard se soit prêté intentionnellement ou pas à cette manœuvre est son problème. Mais son annonce, en dernier ressort, fait le jeu de Sarkozy. Bayrou n’a jamais, en effet, été qu’un leurre utilisé par la Droite et les principaux médias pour tenter de fourvoyer les électeurs de gauche. Leur but, leur but unique est de faire gagner Sarkozy.

La victoire de Sarkozy serait inéluctable en cas de 2ème tour Sarkozy-Bayrou. Sarkozy garderait ses voix du 1er tour et ferait le plein des voix des électeurs de Le Pen. Bayrou garderait ses voix du 1er tour mais la plus grande partie des électeurs de gauche et d’extrême gauche s’abstiendrait. Nous appellerions massivement à l’abstention ! A juste titre : Bayrou et Sarkozy sont deux hommes de droite, ils ont participé à tous les coups bas de la Droite contre le salariat entre 1993 et 1997 et entre 2002 et 2007. Il n’y en a donc pas un pour racheter l’autre.

La présence de Ségolène Royal au second tour remettrait tout à plat au soir du 1er tour.

Tous les sondages sur le second tour dont on nous rebat aujourd’hui les oreilles ne vaudraient plus tripette. Les instituts de sondage, eux-mêmes, le reconnaissent d’ailleurs volontiers. Raymond Cayrol (CSA) avouant même qui si l’on avait remplacé Bayrou par Corinne Lepage dans les sondages sur le second tour, celle-ci l’aurait vraisemblablement emporté sur Sarkozy...

Mais pour que tout soit remis à plat, il faut que Ségolène Royal soit présente au second tour et qu’aucun électeur ne se trompe sur l’enjeu du vote du 22 avril.

Jean-Jacques Chavigné, le samedi 14 avril

Loading
Abonnez-vous à la revue "Démocratie & Socialisme"
Abonnez-vous à la lettre de D&S par courriel
Rejoindre le groupe des amis de  D&S sur lacoopol.fr
Au boulot ! La chronique de Gérard Filoche dans l'Humanité Dimanche