Démocratie & Socialisme
Navigation

Municipales 2008

Bouguenais, label gauche !

mercredi 12 mars 2008 par Eric Thouzeau

 
Commune de l’agglomération nantaise, Bouguenais est connue pour l’occupation de l’usine Sud-Aviation (aujourd’hui Airbus) à partir du 14 mai 1968, occupation qui donna le coup d’envoi de la grève générale dans le pays. A Bouguenais, lors du référendum sur le TCE le non l’a emporté avec 58,74%. Aux présidentielles Ségolène Royal a obtenu 64,38%. Aux législatives, 68,45% des voix se sont portés sur le candidat PS Dominique Raimbourg, dont la suppléante est notre camarade Michèle Gressus, également maire de Bouguenais.

Bouguenais est une terre de gauche depuis 1971. C’était le temps de « l’autogestion » et de l’alliance PSU-PS, c’était déjà pour changer et redessiner la ville. Depuis, l’action municipale a permis des progrès et de belles réalisations en maintenant, aux portes de Nantes, une ville équilibrée entre ses espaces d’activités (Aéroport Nantes-Atlantique, Airbus et ses nombreux sous-traitants, Technocampus EMC2, zone d’activité aéroportuaire, 3 zones d’activités et de services), urbanisés, agricoles (cinq exploitations dont deux Bio, une bio à quota laitier et une bio à dominante viande, ) et naturels (espaces sur la Loire et forêt périurbaine en extension).

Une politique de redistribution

Au delà de nombreux investissements structurants normaux pour une ville de 17000 habitants, une politique forte de redistribution a été engagée : gel des tarifs des services municipaux (sous quotient familial) depuis 4 ans, gratuité de la piscine et de la médiathèque pour les tous les jeunes, accueil périscolaire et loisirs enfance-jeunesse, cars de transports scolaires et associatifs en régie municipale, services municipaux d’accompagnement des personnes âgées, malades ou handicapées, restauration scolaire à 80 % bio, solidarités avec les habitants les plus en difficulté (épicerie solidaire, service de santé, service de lecture et écriture adulte, centre socio-culturel « Maison pour Tous »...).. Michèle Gressus et ses colistiers veulent amplifier cette dynamique en cohérence avec les autres communes de gauche de l’agglomération nantaise. La politique de réserve foncière engagée depuis 30 ans et une politique volontariste de mixité de logements et de mixité sociale portent leurs fruits : pas de “quartiers ghettos”, 20% de logements sociaux, un accueil des gens du voyage, une politique éducative et culturelle à vocation d’éducation populaire. Il existe également un agenda 21 depuis 7 ans : bâtiments publics neufs passifs voire positifs, aide de 100 euros par foyer fiscal pour l’achat de matériels divers référencés durables, lutte acharnée contre l’État pour recouvrir la TNSA (taxe sur les nuisances sonores aériennes) et ainsi insonoriser les logements sous plan de gêne sonore liée à l’aéroport.

Egalité et mixité sociales

Pour cette prochaine mandature, quatre axes forts seront déclinés : dessiner et embellir la ville en matière d’aménagement de la cité, promouvoir l’égalité et les mixités sociales, installer avec les habitants la démocratie au quotidien en renouvelant l’existant (commissions extra-municipales instaurées depuis 25 ans), conforter et développer la politique publique en matière de développement durable. Laïcité, solidarité, justice sociale et droit du travail, voilà les fondamentaux de la liste de Michèle .

Éric Thouzeau

Notre camarade Michèle Gressus, maire de Bouguenais en Loire-Atlantique, conduit la liste de gauche (PS, PCF, Verts). Adjointe au maire depuis 2001, Michèle a succédé en septembre 2007 à notre amie Françoise Verchère, vice-présidente du Conseil général.

Lettre de Michèle Gressus au préfet de Loire-Atlantique

J’ai le regret de devoir décliner votre invitation pour le vendredi 11 janvier prochain. La retransmission des vœux du Chef de l’État aux Corps constitués ainsi qu’aux fonctionnaires est donc une première, « un nouvel acte de rupture » sans doute.

Je me permets de vous faire part de ma perplexité sur le fait que vous soyez tenu d’organiser une telle « cérémonie ». Je m’interroge sur les fondements philosophiques sur lesquels s’appuient ce qui peut s’apparenter aux prémices d’un culte présidentiel. A l’heure où tant de précarité et de fragilité assaillent les Français, la présence des élus auprès des leurs concitoyens me semble être une priorité. (…) Rien dans ce que le Président de la République a pu dire aux Français dans son allocution du 31 décembre dernier ne nous paraît susceptible d’être rassurant pour l’avenir. La « politique de civilisation » annoncée comme « seconde étape pour 2008 » montre l’essoufflement et le manque d’inspiration de la politique menée actuellement. Nous attendons des réponses concrètes face à la situation économique, aux dérèglements de tous ordres, aux délocalisations. Nous attendons aussi que cesse la remise en cause par le pouvoir de Nicolas Sarkozy des principes de laïcité, de justice sociale et de droit du travail.

Loading
Abonnez-vous à la revue "Démocratie & Socialisme"
Abonnez-vous à la lettre de D&S par courriel
Rejoindre le groupe des amis de  D&S sur lacoopol.fr
Au boulot ! La chronique de Gérard Filoche dans l'Humanité Dimanche