Démocratie & Socialisme
Navigation
Accueil   Social 

Faire Pleurer Margot la caissière ?

mardi 29 avril 2008 par Christian Gourdet

 

Mme de Menthon est présidente d’une officine patronale nommée Ethic. Un mouvement dont la charte prône sans rire la « recherche permanente de l’harmonie sociale », « la prise en compte de l’intérêt général » et… « l’impératif de rentabilité » (on se disait bien aussi !). Mme de Menthon est, entre autre, chroniqueuse sur RMC et BFM, présidente de la société Actiphone, membre de la commission d’éthique du Medef et ancienne déléguée nationale de Démocratie libérale (l’ex-parti, aujourd’hui disparu, d’Alain Madelin).

Bref, Mme de Menthon fait partie de ces gens qui n’ont pas de soucis de fin de mois. Ce qui la qualifie évidemment pour donner son avis sur les grands problèmes de ce monde et tout particulièrement sur le sort des salariés. C’est ainsi que dans un point de vue publié par La Tribune du 18 mars 2008, Mme de Menthon s’écrie : « Arrêtons de faire pleurer Margot » ! C’est qui Margot ? Margot c’est celle qui selon Mme de Menthon « pleure aux 20heures avec les caissières » et « se réjouit lorsqu’on gagne des batailles contre l’ennemi public numéro un : l’entreprise ».

Bref, Margot c’est vous, c’est moi. Et Mme de Menthon de s’en prendre pêle-mêle aux pouvoirs publics, aux journalistes et à l’opinion publique, qui, « au nom d’une idéologie socialo-étatisante », cautionnent le point de vue de cette pauvre Margot, n’ont de cesse de vilipender « les patrons salauds », voire, le comble, permettent aux syndicats de reprendre de la vigueur « dans tout ce qui leur reste d’archaïque ». Tout juste si les prises de position de Sarkozy au sujet d’Arcelor-Mittal n’en feraient pas un dangereux sectateur de Karl Marx ! Lisons ce morceau d’anthologie : « A quand la poignée de main de l’élu au preneur d’otages ? On a déjà eu une grève de la faim... Les médias s’emparent de tout cela, Margot brandit son bulletin de vote et les investisseurs s’en vont sur la pointe des pieds, et même à la cloche de bois lorsqu’ils le peuvent ! Navrant. »

Navrant oui, surtout pour la culture générale de Mme de Menthon qui, visiblement, ne sait même pas que la France est la quatrième terre d’accueil des investissements étrangers et que loin « de fuir à la cloche de bois », c’est par milliards d’euros (532,3 très exactement fin 2005) que les capitaux du monde entier s’y investissent ! « Le monde nous regarde et l’image que nous donnons est dissuasive. […]

Est-ce avec cette politique que l’on va pouvoir sereinement restructurer en France » s’interroge doctement Mme de Menthon pour qui « il n’est pas contraire à la morale et au patriotisme de licencier ». Rassurons-nous, l’éthique de Mme de Menton ne va pas jusqu’à s’interroger sur « l’image » donnée à l’étranger par les 600 millions de la caisse noire de l’UIMM et les retraits en liquide de son compère Gautier-Sauvagnac. Une image qui fait aussi pleurer Margot mais, là, c’est plutôt de rage ! L’éthique de Mme de Menthon n’est décidément pas la nôtre !

Christian Gourdet

Loading
Abonnez-vous à la revue "Démocratie & Socialisme"
Abonnez-vous à la lettre de D&S par courriel
Rejoindre le groupe des amis de  D&S sur lacoopol.fr
Au boulot ! La chronique de Gérard Filoche dans l'Humanité Dimanche