Démocratie & Socialisme
Navigation

Post-it Palestine

Anniversaires

samedi 17 mai 2008 par Philippe Lewandowski

 
Sonnez trompettes, battez tambours, il est difficile, ces temps, d’échapper aux flonflons accompagnant le soixantième anniversaire de la proclamation de l’État d’Israël, mais y a-t-il véritablement lieu de se réjouir ?

Car pour les populations autochtones du pays, il s’agit non seulement d’une catastrophe historique, mais d’une catastrophe qui dure encore : 800.000 Palestiniens, victimes d’un nettoyage ethnique, croupissent dans des camps de réfugiés, après avoir vu nombre des leurs froidement assassinés, leurs villages détruits, leurs terres confisquées avec ou sans arguties juridiques, et en dépit de la résolution de l’ONU du 11 décembre 1948 sur le droit au retour ou à indemnisation [1].

En Palestine, 1948 porte un nom : Al-Nakba (= la catastrophe).

Khalil Nakhleh replace l’évènement dans sa véritable profondeur historique : « Al-Nakba n’a pas été un évènement soudain venant de nulle part. Ce qui est arrivé en 1947-1948 est le point culminant d’un processus d’implantation coloniale dont l’objectif était (et est toujours) de déloger la population arabe indigène de Palestine et de la remplacer par des colons juifs sionistes venant d’autres pays. Ces colons et leurs descendants ont été le fer de lance d’un processus systématique - commencé au début des années 20, au siècle dernier - pour le nettoyage du territoire de sa population palestinienne, le transformant pour qu’il devienne un prolongement du centre du capitalisme mondialisé. Ce processus se poursuit encore aujourd’hui, avec l’autorisation directe et indirecte des Etats-Unis, de l’Europe et d’une multitude de leurs vassaux, Etats et organismes non étatiques » [2].

Si certains thuriféraires de l’État sioniste n’hésitent pas à voir dans l’année 1948 l’aboutissement d’une lutte de libération du peuple juif, la réalité d’une guerre de conquête colonialiste ne peut cependant pas être niée. Mais rappeler ces vérités expose à des inconvénients pouvant aller jusqu’à provoquer l’exil volontaire d’un historien, comme celui d’Ilan Pappé.

La tentative d’extermination des juifs par les nazis ne saurait servir de justification à la négation d’un autre peuple : pour quelle raison les Palestiniens devraient-ils payer pour des crimes européens ?

Philippe Lewandowski


Pour en savoir plus :
- Le nettoyage ethnique de la Palestine / Ilan Pappé, Paris : Fayard, 2008

Notes

[1] Le problème des réfugiés de Palestine / Micheline Paunet, in Manière de voir. 98, Histoires d’Israël, avril-mai 2008.

[2] Al-Nakba de 1948, combien de temps encore ? / Khalil Nakhleh, consulté le 7 avril 2008.

Loading
Abonnez-vous à la revue "Démocratie & Socialisme"
Abonnez-vous à la lettre de D&S par courriel
Rejoindre le groupe des amis de  D&S sur lacoopol.fr
Au boulot ! La chronique de Gérard Filoche dans l'Humanité Dimanche