Démocratie & Socialisme
Navigation

Ils demandent à l’état de payer leurs forfaits !

vendredi 19 septembre 2008 par Gérard Filoche

 
Ces libéraux qui siphonnent toutes les richesses de l’état, pillent les services publics, s’attaquent en permanence à l’impôt républicain, les voilà qui en appellent à l’état contre les méfaits de leurs banquiers, aventuriers, spéculateurs sans foi ni loi.

200 milliards par là pour cautionner Fanny Mae et Freddie Mac, Lehman Brothers, 85 milliards par ci pour équilibrer AIG, l’état US paie les frasques du privé en dépit de tous les credos libéraux. Et on va nous demander l’équivalent de ce côté de l’Atlantique.

C’est la faillite du libéralisme.

Ils nous mentent soir et matin : la main invisible du marché était censée, selon eux, réguler le monde, mais voilà que c’est à la main visible des états qu’ils font appel pour sauver leurs sales dessous de table, leur vols et leur tricheries.

Ils ne sont même pas punis, ceux qui ont fait les fautes, en pillant nos salaires, puis en demandant à piller nos impôts pour réparer leurs dilapidations.

Pendant ce temps-là, Sarkozy donne la priorité de ses « courtes nuits » à protéger les yachts des riches dans la mer d’Aden. France inter invite un financier qui ose affirmer qu’il n’y a « pas de meilleur système, sinon, c’est le communisme ». Comme s’il n’y avait que le système stalinien comme alternative : il y a la République sociale, une république socialiste démocratique, où l’économie est placée sous contrôle parlementaire, syndical et citoyen, ou des lois encadrent les marchés, ou les salariés qui produisent les richesses en reçoivent la part qu’ils méritent, où les voleurs et spéculateurs avérés qui détournent des milliards vont en prison et ne reçoivent pas des milliards de stocks option, de retraites et parachute dorés.

Gérard Filoche mercredi 17 septembre D&S

Loading
Abonnez-vous à la revue "Démocratie & Socialisme"
Abonnez-vous à la lettre de D&S par courriel
Rejoindre le groupe des amis de  D&S sur lacoopol.fr
Au boulot ! La chronique de Gérard Filoche dans l'Humanité Dimanche