Démocratie & Socialisme
Navigation

Des cacahuètes pour la planète

dimanche 7 décembre 2008 par Christian Gourdet

 
2700 milliards de dollars. C’est le jackpot, la manne céleste déversée ou promise à ce jour par les gouvernants européens et états-uniens pour tenter de contrer la crise. Une avalanche de fric visant à garantir la survie du système financier conduit à la banqueroute par les délires spéculatifs de la finance internationale. L’équivalent de 12000 rames de TGV rien que pour le plan européen, selon un chroniqueur de France-Inter.

Au même moment ou presque, le 25 septembre 2008, se tenait le « sommet antipauvreté » de l’ONU, au cours duquel, gouvernements, fondations, entreprises et sociétés civiles ont promis collectivement près de 16 milliards de dollars supplémentaires de contributions aux divers aspects de la lutte contre la pauvreté dans le monde.

Le secrétaire général de l’ONU, Ban Kimoon, qui ne manque visiblement pas d’humour, a souligné que « cette expression d’un engagement collectif serait d’autant plus remarquable qu’elle surviendrait sur fond de crise financière ». « C’est exactement le genre de coalition mondiale dont nous avons besoin pour atteindre tous les Objectifs du millénaire pour le développement (OMD) », s’est de même félicité M. Ban.

La réunion visait à relancer les efforts de la communauté internationale pour que le monde parvienne aux OMD d’ici à la date butoir de 2015. Les huit OMD, approuvés par les dirigeants mondiaux en 2000, sont la réduction de moitié de l’extrême pauvreté et de la faim à l’horizon 2015 par rapport à ses niveaux de 1990, le recul des grandes pandémies (sida, paludisme), de la mortalité infantile et de l’illettrisme.

Parmi les engagements obtenus, le versement d’un milliard de dollars pour sauver les vies de 10 millions de mères et d’enfants d’ici à 2015 et un plan mondial visant à l’éradication, d’ici à 2015, de la mortalité due au paludisme. Un plan comprenant le déblocage de près de 3 milliards de dollars, pour tenter de sauver plus de 4 millions de vies humaines d’ici à 2015.

Sachant que, si l’on en croit l’ONU, 4 milliards de dollars suffiraient à sauver la vie de 14 millions de personnes, combien de vies pourrait-on sauver avec les milliers de milliards destinés à sauver les financiers. De quoi éradiquer la plupart des maladies endémiques, la pauvreté, l’illettrisme, etc. Bref, d’atteindre sans problème les fameux objectifs du millénaire pour le développement. La preuve par l’argent qu’un autre monde est possible, nécessaire, indispensable…

Christian Gourdet

Loading
Abonnez-vous à la revue "Démocratie & Socialisme"
Abonnez-vous à la lettre de D&S par courriel
Rejoindre le groupe des amis de  D&S sur lacoopol.fr
Au boulot ! La chronique de Gérard Filoche dans l'Humanité Dimanche