Démocratie & Socialisme
Navigation

Coup d’état rampant à Madagascar

dimanche 15 mars 2009 par Bernard Grangeon

 

Le président de l’assemblée nationale, ex premier ministre jacques Sylla a rallié Andry Rajoelina et Zafitsivamalo MONJA premier ministre déclaré de la Haute autorité de transition mise en place par le Maire de Tana. Il a pris aujourd’hui possession des bureaux de la Primature de la capitale avec le soutien d’une trentaine de haut gradés militaires. Il a assuré que des élections seraient organisées sous 24 mois. après avoir déclaré déchu le Président et ses ministres, et que l’Assemblée nationale et le Sénat étaient déchus de leur fonction. Le chef d’Etat major de l’armée, le Colonel mérina André Andriarijoana a déclaré qu’il n’y avait pas lieu de déployer l’armée sur le Palais Présidentiel de Iavaholo et qu’il était prêt à soutenir l’opposition si cela permettait de ramener le calme.

Dans le même temps, les partisans de Marc Ravalomomanna ont dressé des barrages filtrants sur la route d’Antsirabe pour assurer la protection du président malgache retranché dans le palais Iavaholo, situé à 1O kms du Centre de la ville. La situation n’est pas donc encore complètement dénoué.

Alors que l’ONU demandait au Président et au maire de trouver un compromis pour assurer la stabilité de Madagascar, la bourgeoisie Merina très influente dans la FFKM (Conseil des églises protestante, anglicane et catholique) à travers les protestants semble avoir passée un deal avec l’ambassade de France qui a assuré la protection du Maire d’ Antannarivo menacé de mort par les partisans du Président qui bénéficie jusqu’à présent de la fidélité de la garde prétorienne renforcée de mercenaires sud africains, mais semble avoir perdu la plupart de ses soutiens dans la police. Ce deal laisse à penser qu’un accord de principe a été passé avec l’AREMA de Roland Ratsiraka pour aller vers une 4ème République, et qu’une phase de transition et dors et déjà ouverte....

Le Gouvernement français et le ministère des affaires étrangères a eu visiblement une bonne prise sur les événements grâce au poids de ses ressortissants , de ses relations coloniales et post coloniales avec la bourgeoisie Merina, assorti et son soutien historique aux dirigeants de l’Arema. Mais fidèle a son habitude, les graves manquements aux droits de l’homme n’ont pas été dénoncés, une constance depuis 1947... Quant à la diplomatie Usa, elle a visiblement lâché l’évangéliste Marc Ravolomanna et a dû donné semble t-il son accord pour charger l’ONU en lien avec la diplomatie française de trouver avec les différents partis en présence une sortie politique à la crise., un effet Obama. !!!..

Une longue période d’incertitudes s’ouvre à l’instar de la période 91-92, pour le changement. Une chose est sûre la destitution du Président Ravalomanna sera perçu par le peuple comme une victoire. Les socio démocrates et journalistes de l’humanité qui pensent qu’on a pas à choisir dans cette crise, se trompent lourdement... Pour ma part, je pense que les socialistes français devraient aider à faire émerger un vrai parti de gauche capable d’organiser les malgaches issus des forces vives et de la paysannerie. Une aide n’a rien à voir avec le colonialisme en déplaise aux esprits chagrins. Cette destitution est une avancée pour mener la lutte pour l’indépendance totale, pour assurer le développement de l’ile rouge, et améliorer la vie des citoyens malgaches sensibles aux valeurs démocratiques et républicaines de la France des lumières.

Le 15.03.2009 Bernard Grangeon.

Loading
Abonnez-vous à la revue "Démocratie & Socialisme"
Abonnez-vous à la lettre de D&S par courriel
Rejoindre le groupe des amis de  D&S sur lacoopol.fr
Au boulot ! La chronique de Gérard Filoche dans l'Humanité Dimanche