Démocratie & Socialisme
Navigation

Attendre l’automne ?

St Quentin : Sarkozy fait totalement ce que veut le Medef

mardi 24 mars 2009 par Gérard Filoche

 

Cet homme, Sarkozy, hélas président, qui est responsable de la crise de a à z, s’offre tous les culots. Il s’excuse en disant qu’elle est “mondiale”, et qu’il a “fait tout ce qu’il a pu.”

Non.

Au contraire, il a, ici, chez nous, en France, et depuis sept ans, été le générateur politique n° 1 de la crise dont nous souffrons tous. Pas la moindre distance entre lui et la crise.

Il est l’agent de cette crise, sa politique est porteuse de la crise, c’est LA crise faite Président.

Il est le fauteur n° 1 de chômage. Il aide les riches à s’enrichir et les pauvres à s’appauvrir depuis qu’il est au pouvoir c’est-à-dire sept ans. Il détruit les services publics et tout ce qui, étant public, permet de mieux résister à la crise. C’est un fanatique de la privatisation, des profits maxima : son monde est celui du Fouquet’s, de Rolex, de Madoff, et des paradis fiscaux.

Et à Saint-Quentin, il vient encore de d’aplatir devant le Medef en disant : « Il ne devrait plus y avoir de bonus », … « dans une entreprise qui reçoit une aide de l’Etat » ou qui « met en œuvre un plan social d’ampleur » menaçant le patronat de saisir le Parlement d’un projet de loi à l’automne si aucun « progrès significatif » n’est enregistré sur cette question. Il fait totalement à ce que veut Parisot !

Attendre l’automne…

Il nous prend pour des béats : les bonus, les actionnaires et ceux de “la haute” se les accordent tous les jours ! Partout ! Sans frein. La crise n’arrête pas les actionnaires ni les patrons voyous, elle les stimule puisque c’est l’occasion de piller des centaines de milliards à l’état, à nous, aux citoyens, pour compenser leurs pertes banqueroutières.

J’ai contrôlé, il y a peu, une entreprise de courtage, en plein cœur de Paris, et j’ai vu des « Traders », des « Brokers » recevoir sur leur feuille de paie mensuelle, de 30 000 à 170 000 euros. Oui, j’ai vu la semaine derniére dans le 2° arrondissement, un bulletin de paie “ordinaire” de 170 000 euros ! C’est le système ! Ces gens ne produisent rien ! Rien. Ils spéculent. Mon père était menuisier SNCF, au moins, il faisait des meubles ! Eux ils ne font rien pour 170 000 euros ! Pas un meuble ! Voilà le monde de Sarkozy. Et il les menace éventuellement… pour septembre si « aucun progrès significatif n’est enregistré ».

Pour qui nous prend-il ?

Mais j’aimerais officiellement que le PS parle au plus haut niveau :

Oui à un salaire maxima ! Et au-dessus, un impôt confiscatoire à 90 %.

Oui à l’INTERDICTION immédiate des stocks option, parachutes dorés, retraites chapeaux !

C’est l’heure de parler clairement avant qu’il ne soit trop tard.

Gérard Filoche

Loading
Abonnez-vous à la revue "Démocratie & Socialisme"
Abonnez-vous à la lettre de D&S par courriel
Rejoindre le groupe des amis de  D&S sur lacoopol.fr
Au boulot ! La chronique de Gérard Filoche dans l'Humanité Dimanche