Démocratie & Socialisme
Navigation

“Nouvelle alliance majoritaire à droite” ou nouvelle alliance majoritaire à gauche”, le choix entre Marseille et La Rochelle

dimanche 30 août 2009 par Gérard Filoche

 

Pas surprenant que Vincent Peillon reste vague dans son “projet” dés lors qu’il propose une “nouvelle alliance majoritaire” avec la droite-Modem. Le voilà qui défend un projet “sur des décennies” : il est vrai qu’avec Bayrou, cela ne pourra pas aller vite.

Mais si l’on veut répondre aux urgences sociales, à la misère des 2000 chômeurs de plus par jour, et mobiliser pour gagner contre Sarkozy, il vaut mieux une “nouvelle alliance majoritaire à gauche”.

Et pour être certain de parvenir à une VIe République sociale, parlementaire, démocratique, écologiste, féministe, laïque, il vaut mieux rassurer l’électorat de gauche qui se méfie des grands mots et des promesses vagues : cela signifie abroger immédiatement, les mesures antisociales de la droite, rétablir les 35 h, protéger la retraite à 60 ans, rattraper le Smic à 1600 euros, reconstruire le code du travail, contrôler les licenciements, et redistribuer les richesses implique de fixer un salaire maxima, pas plus de 20 fois le Smic.

Finalement la fédération marseillaise du PS et Ségolène Royal ont raison, s’ils se tiennent à l’écart du bloc De Sarnez-Peillon-Cohn-Bendit-Hue à Marseille. Il vaut mieux, quand à vouloir gagner contre Sarkozy, choisir un bloc de toute la gauche comme le défend Martine Aubry à La Rochelle, où le Modem n’est pas invité.

Une “nouvelle alliance à gauche”, ce serait Aubry-Buffet-Duflot-Besancenot.

C’est la majorité réelle, dans le pays, qui, de facto, a gagné 20 régions sur 22 en 2004, 2 villes sur 3 et 61 % des départements en 2008, sans alliance à droite.

Dés qu’on choisit de remplacer les uns par un secteur de la droite, tout se défait, l’abstention remonte, la dynamique se perd. Allier la gauche à la droite est un contre pied, cela crée une division de départ, insupportable, décevante et perdante. Toutes les alliances au “centre” ont perdu dans toute l’Europe…

La bataille agitée par les médias sur la vie ou la mort du PS est une bataille pour faire céder Martine Aubry et lui imposer l’alliance avec la droite-Modem.

Elle résiste et a appelé à l’alliance à gauche, elle mérite d’être soutenue dans cette voie à La Rochelle contre ceux qui veulent la faire céder à Marseille.

Gérard Filoche, le 21 août 2009

Loading
Abonnez-vous à la revue "Démocratie & Socialisme"
Abonnez-vous à la lettre de D&S par courriel
Rejoindre le groupe des amis de  D&S sur lacoopol.fr
Au boulot ! La chronique de Gérard Filoche dans l'Humanité Dimanche