Démocratie & Socialisme
Navigation

Les médias utilisent les sondages pour tenter de nous imposer DSK

lundi 14 juin 2010 par Jean-Jacques Chavigné

 

En 2006, les médias avaient déjà utilisé les sondages pour imposer Ségolène Royale comme candidate du PS.

Selon ces médias, Ségolène Royal était la seule à pouvoir battre Nicolas Sarkozy au 2ème tour. Qu’importe, si de l’aveu même des instituts de sondage, des pronostics sur le 2ème tour d’une élection n’avaient aucune valeur avant qu’ait eu lieu le premier tour. L’important était d’imposer au PS la seule candidate capable, après la défaite de la droite dans la bataille du CPE, de perdre une élection imperdable.

Aussitôt Ségolène Royale élue candidate du Parti Socialiste, les médias avaient changé leur fusil d’épaule et fait leurs grands titres des sondages prétendant que François Bayrou était maintenant le seul à pouvoir battre Sarkozy. Le but était de faire perdre quelques pourcentages de voix à la candidate du Parti Socialiste pour permettre à Nicolas Sarkozy d’être largement en tête à l’issue du premier tour de l’élection présidentielle.

Aujourd’hui, les médias récidivent et essaient d’imposer DSK comme candidat du Parti Socialiste. Les ficelles qu’ils utilisent sont cependant d’une rare grossièreté.

Boursier.com titre le 8 juin 2010 :
« DSK encore et toujours favori ! »

Mais favori à quoi ? A l’élection présidentielle ? C’est à l’évidence ce que suggère ce titre. Il n’en est pourtant rien. L’article précise, en effet, que si DSK « atteint un sommet de popularité avec 60 % d’opinions favorables » c’est parce qu’il « séduit toujours plus de sympathisant de droite » sa popularité ayant progressé en un mois de 57 % à 68 % chez ces sympathisants. Ce n’est pas pour autant que ces sympathisants de droite préfèreraient DSK à Sarkozy au moment de l’élection présidentielle. La « popularité » de DSK n’a donc strictement aucune signification d’un point du vue électoral. Les 50 % d’opinions favorables obtenues par Martine Aubry dans le même sondage (ViaVoice publié par Libération) paraissent autrement plus solides.

Le Nouvel Observateur.com du 8 juin 2010 titre :
« Présidentielles : Strauss-Kahn désigné meilleur candidat socialiste »

L’ennui pour le Nouvel Observateur est que DSK est désigné (toujours par le même sondage ViaVoice) « meilleur candidat socialiste » non seulement par des sympathisants de gauche mais aussi par des sympathisants de droite. Ce qui retire tout intérêt à cette « désignation ».

Le Point.fr du 8 juin 2010 titre :
« Présidentielles - L’envolée de DSK au PS »

Au PS ? Ce n’est pas du tout ce que constate l’article lui-même qui se réfère au même sondage (ViaVoice) et donc à l’ « envolée » de DSK non au PS et chez les sympathisants de gauche mais, comme le reconnaît l’article, chez les sympathisants de droite.

Le Monde du 08 juin 2010 affiche :
« DSK meilleur candidat de gauche face à Sarkozy »
et Le Parisien du même jour :
« DSK toujours le meilleur candidat PS face à Sarkozy »

Ces deux quotidiens n’hésitent pas tirer les mêmes conclusions d’un sondage qui se garde bien, justement, de mettre face à face DSK et Nicolas Sarkozy. Ces conclusions n’ont donc aucune valeur.

Ces sondages et leur grossière utilisation ont au moins un intérêt, celui d’afficher clairement quel serait le candidat de gauche favori des médias en 2012. A tous les sympathisants de gauche de savoir en tirer les conclusions et de ne pas tomber dans le même piège qu’en 2007.

Jean-Jacques Chavigné

Loading
Abonnez-vous à la revue "Démocratie & Socialisme"
Abonnez-vous à la lettre de D&S par courriel
Rejoindre le groupe des amis de  D&S sur lacoopol.fr
Au boulot ! La chronique de Gérard Filoche dans l'Humanité Dimanche