Démocratie & Socialisme
Navigation
Accueil   Social 

Fin de la dispense de recherche d’emploi pour les seniors :

samedi 7 janvier 2012 par Slovar

 
Décidée en 2008, du temps des ambitions de plein emploi du Président, la suppression de la dispense de recherche d’emploi des chômeurs âgés est appliquée depuis le 1er janvier 2012.

Si de l’Élysée, au gouvernement, en passant par l’UMP, on ne jure, ces derniers jours que par le sommet social, dont le Président et Xavier Bertrand nous ont déjà donné les grandes lignes, on notera leur extrême discrétion sur l’application de l’un des volets de la loi n° 2008-758 du 1er août 2008 : La suppression à compter du 1er janvier 2012 de la dispense de recherche d’emploi pour les chômeurs âgés.

Il faut dire qu’avec des chiffres du chômage calamiteux, il valait mieux éviter de rappeler les propos « enthousiastes », tenus par la majorité UMP en juillet 2008 à l’Assemblée Nationale, où on évoquait pêle mêle : La définition de l’offre raisonnable d’emploi, le franc succès de la fusion ANPE/Assedic et la radiation des chômeurs.

L’UMP glissait, à cette occasion, un amendement visant : «  (...) à relever progressivement l’âge d’accès à la dispense de recherche d’emploi, jusqu’à la supprimer définitivement en 2012, conformément à la politique d’augmentation du taux d’emploi des seniors (...) » Il était soutenu et justifié par Laurent Wauquiez : «  (...) il faut en finir avec l’hypocrisie en matière d’emploi des seniors : la dispense de recherche d’emploi a permis de les expulser du marché de l’emploi, donc d’améliorer les statistiques du chômage, et elle a été pour les employeurs un instrument commode de gestion des ressources humaines (...) le relèvement du seuil doit être progressif, et s’accompagner de la montée en puissance de l’accompagnement personnalisé des seniors (...) »

Sans oublier le très célèbre : « A 57 ans et demi on n’est pas fichu, on peut retrouver un emploi (...) donc, on continue à rechercher et le service public de l’emploi devra mettre sur la table des instruments très spécifiques de formation, de mise à niveau, d’aide à la recherche » de Christine Lagarde

Or, à fin 2011, si la rupture conventionnelle était devenue le premier « instrument commode de gestion des ressources humaines » pour se séparer des seniors, force était de constater l’échec de l’accompagnement de ceux-ci, dans la mesure où ils représentaient plus de 800 000 des 5 201 300 inscrits à Pôle emploi.

Tout chômeur ayant dépassé les 55 ans, tel votre serviteur, pourrait vous narrer pendant des heures, les mines affligées des conseillers de Pôle Emploi lors de votre inscription, la quasi impossibilité d’obtenir une formation de longue durée nécessaire à un recyclage, ainsi que la diminution de la durée des entretiens au fil des mois. Ce à quoi il faut ajouter l’absence systématique de réponse des entreprises aux candidatures seniors sur les annonces qu’elles publient sur le site de Pôle Emploi.

C’est pourquoi, il n’était pas scandaleux que des chômeurs de plus de 57 ans soient dispensés de recherche active d’emploi en contrepartie de leurs indemnités. Mais, c’était sans compter sur la conjonction du passage de l’âge légal de la retraite à 62 ans et la décision prise en 2008 de supprimer la dispense.

Concrètement, que va t-il se passer pour les chômeurs âgés dont aucune entreprise ne souhaite s’encombrer ?

Et bien, ils vont être obligés de : «  (...) justifier de l’accomplissement d’actes positifs et répétés en vue de retrouver un emploi, de créer ou de reprendre une entreprise (...) » Et bien entendu, de ne pas pouvoir : «  (...) sans motif légitime, refuser à deux reprises une ORE (offre raisonnable d’emploi) »

Or, qui peut croire, comme l’écrit Michel Abhervé : «  (...) que les services de Pôle emploi, alors qu’ils accueillent ces derniers temps des demandeurs d’emploi toujours plus nombreux (...) auront la possibilité d’assurer à ces demandeurs un accompagnement renforcé, alors que les perspectives de retour à l’emploi sont bien faibles, et que les seniors sont la catégorie où le chômage augmente le plus, +15% en un an (...) »

Maurad Rhabi, en charge des questions de l’emploi et du chômage à la CGT, craint à juste titre autant : « l’impact psychologique » représenté par la pression de Pôle Emploi pour leur faire rechercher des emplois « qui n’existent pas » que l’obligation d’accepter, sous peine de radiation, la précarité des sous emplois ou micro boulots de quelques heures

La solution consisterait bien entendu à revenir sur une loi qui ne tient pas compte de la réalité de la crise actuelle de l’emploi. Mais à quelques mois de l’échéance présidentielle, il semble que pour le Président le terme social soit plus associé à celui de TVA qu’à celui de quelques milliers de chômeurs soumis à une situation encore plus anxiogène !

J-C Slovar

Forum, nombre total de sujets : 4
Cliquez sur le titre d'un message pour le lire
 
Forum
 Fin de la dispense de recherche d’emploi pour les seniors : 10 décembre 2012, par Couston jean-michel
C"est bien ce que je pensais je serais dispensé de rechercher un emploi le jour de mon décès. Faudra t’il que j’envoi un certificat a pôle emploi ?
Excellent ! je vais y penser ! Merci
On voit clairement que pour l’instant le nouveau gouvernement en place n’a strictement rien changé à tout cela !!! rampe de chargement
Ça vous étonne ?

Puisque les lois de 2003 à 2011, obligent à plus de travail cotisé, jusqu’aux 67 ans et que 4 annuités font défaut à la caisse de retraite, forcé d’attendre les équivalences "retraite" y compris des chômages non indemnisés d’ailleurs réclamées en outre dans le courriel du 26-09-2008 reçu de Frédéric LEFEBVRE (membre de l’actuel gouvernement) et que chacun peut soutenir ouvertement auprès du député de sa circonscription, pouvez-vous renseigner du travail à convenir au "sexayen" (plus de 60 ans laissé aux chômages non indemnisé depuis 2000) que je suis devenu voir www.equisexas.com :

Dans l’attente, j’observe quelques retours très parcimonieux récemment reçus et me permets d’en évoquer l’essentiel. => Un Groupe d’expert-comptables, renvoie la lettre initiale, telle quelle.... => un Responsable de Pôle-Emploi m’écrit de sa main : "...ça renvoie à un problème de Société pour lequel on n’a pas de solution toute faite...Voyez donc les élus locaux, les chambres consulaires.... => Un Maire, membre de la CDC, répond par écrit de sa main, ces sibyllines initiales : "N.S.P.". => Mme la Présidente du Conseil Régional (PC) fait répondre par un écrit de la main du Vice Président : "nous nous saisissons de ce drame qu’est le chômage des plus de 50 ans. Votre demande, outre le fait de ne pas avoir actuellement d’emploi à vous proposer, va bien au-delà de la seule politique régionale, mais concernant aussi les partenaires sociaux en mesure de modifier l’accès à une retraite décente. => une personne retraitée en contact, apparaît montrer aux chômeurs (consommant forcément moins) qu’ils ruinent ceux qui veulent vendre". Ne remarquant hélas en retour aucun renseignement pour du travail à me convenir, comme je remarque cette autre explication : http://fortune.fdesouche.com/19110-le-nairu-ou-comment-ceux-qui-dirigent-ont-interet-au-chomage/ , à côté du fait des préférences données par les employeurs aux moindres coûts d’ici ou d’ailleurs ou à de plus jeunes (ainsi que remarqué depuis une quinzaine d’années). En clair, on met l’humain à la porte. Dans l’attente d’autres réponses, ayant certes touché de l’ASS sur l’année 1999, je ne peux, depuis l’année 2000, que continuer de la réclamer, tout en interpellant davantage mes contacts, dont vous-même, à renseigner du travail à convenir au "sexayen" (plus de 60 ans laissé aux chômages non indemnisé depuis l’année 2000) que je suis devenu ?

Nous sommes totalement dans l’impasse ! à moins d’un an des élections il ne faut pas s’attendre à des miracles !
robe coquine

lingerie coquine

Loading
Abonnez-vous à la revue "Démocratie & Socialisme"
Abonnez-vous à la lettre de D&S par courriel
Rejoindre le groupe des amis de  D&S sur lacoopol.fr
Au boulot ! La chronique de Gérard Filoche dans l'Humanité Dimanche