Démocratie & Socialisme
Navigation
Accueil   Social 

Pétroplus

Trois questions à Nicolas Vincent,
coordinateur CGT de Pétroplus Petit Couronne

mercredi 29 février 2012

 

Où en est Pétroplus à Petit-Couronne ?

Aujourd’hui nous avons les fonds nécessaire (env 37millions d’euros) pour faire les travaux de redémarrage et payer les salaires durant cette période qui peut être comprise entre 8 à 10 semaines. Ensuite un contrat de processing a été signé avec Shell. Ce contrat a une durée maximum de 6 mois. Shell a souhaité inclure une clause lui permettant de limiter ses risques ce qui peut impacter la durée du contrat si ce dernier s’avère trop déficitaire . Le 28/02 un projet de loi nous permettant de préserver notre trésor de guerre est présenté à l’Assemblée Nationale maintenant il nous faut trouver un repreneur et cela rapidement car le dépôt des offres doit être fait le 15/03.

Que retiens tu des annonces de Nicolas Sarkozy ?

Toutes ses annonces étaient connues de tous puisque des le lundi j’avais annoncé que le contrat était en cours de finalisation.

Pour ce qui est de la proposition de loi cela nous tenait à cœur pour préserver notre trésor de guerre. Pour le contact avec Shell rien ne lui revient puisque cela a été fait par l’intersyndicale.

Cela fait 2 mois maintenant que nous souhaitons préserver notre trésor de guerre (les stocks), cette loi nous met maintenant dans la légalité mais il faut rappeler que si cela est possible aujourd’hui c’est grâce à notre décision de bloquer les expéditions.

Les salariés de Pétroplus ont ils été suffisamment soutenue par les élus ?

Dès le projet de restructuration du complexe des huiles (octobre 2011) j’ai pris mon téléphone et établi des contacts avec tous mes amis du PS mais également des autres partis afin de les alerter du risque de désindustrialisation.

J’ai contacté les candidats à l’élection présidentielle et le président-candidat (à l’exception de la candidate du Front National).

Nos réels soutiens sont les élus de gauche. Nous sommes régulièrement reçu par Guillaume Bachelay [1] et l’équipe de F. Hollande sans compter nos déplacements au Sénat afin de rencontrer l’équipe du président J.P. Bel.

Donc, oui nous sommes soutenus par les élus de gauche et nous allons avoir encore besoin d’eux, davantage encore, car maintenant il nous faut un repreneur.

Propos recueillis le 26 février 2012 - source blog uma76

Notes

[1] vice président de la région Haute Normandie

Loading
Abonnez-vous à la revue "Démocratie & Socialisme"
Abonnez-vous à la lettre de D&S par courriel
Rejoindre le groupe des amis de  D&S sur lacoopol.fr
Au boulot ! La chronique de Gérard Filoche dans l'Humanité Dimanche