Démocratie & Socialisme
Navigation

Éditorial de "la lettre de D&S" n°129 - 30 septembre 2012

TSCG : le « souci de cohérence » !

lundi 1er octobre 2012

 

Le Conseil national Europe-Écologie-Les Verts vote contre la ratification du traité Merkozy (le TSCG). Aussitôt, Cohn-Bendit claque « provisoirement » la porte d’EELV ! Par « souci de cohérence ». Selon lui, si on ne vote pas le TSCG, il ne faudrait pas voter le budget et donc quitter la majorité et le gouvernement. Et comme EELV veut voter contre le TSCG et voter le budget, ce serait « incohérent » !

La motion 1 du Parti socialiste reprend ce même argument dans le cadre de notre débat de congrès : il ne serait pas cohérent de voter le budget présenté par Jean-Marc Ayrault et de voter contre le TSCG.

Lionel Jospin avait pourtant parfaitement défini, lorsqu’il était 1er Ministre les règles d’une majorité parlementaire : être dans une majorité parlementaire, c’est voter le budget et la loi de financement de la Sécurité sociale (PLFSS).

Un parlementaire, du Parti Socialiste, d’EELV, du MRC et même du Front de gauche peut donc parfaitement voter contre le TSCG et rester ou entrer dans la majorité de Jean-Marc Ayrault. Il faut, surtout qu’il reste dans la majorité. Soit le TSCG est rejeté et la loi de finances ne pourra qu’être modifiée. Soit le TSCG est ratifié et, tant qu’une autre loi organique n’aura pas abrogé cette ratification, il s’imposera à tous les parlementaires et aucune loi de finance ne pourra faire comme s’il n’existait pas.

Il faudrait, surtout, pousser beaucoup plus loin le « souci de cohérence :

- 1. En ayant toujours à l’esprit les paroles de François Hollande dans son discours du Bourget qui a été le tournant de la campagne présidentielle : « Je renégocierai le traité européen issu de l’accord du 9 décembre ». Pas un mot du traité signé par Merkel et Sarkozy n’a, pourtant, été modifié. C’est la raison invoquée par l’UMP pour justifier que ses parlementaires votent la ratification du TSCG.

- 2. En respectant l’accord passé entre notre parti et nos partenaires de gauche. L’accord signé le 9 mars 2012 entre le MRC et le Parti Socialiste (Martine Aubry a signé au nom de notre parti) précisait : « Les deux partis conviennent que le traité européen tel qu’il a été convenu par le sommet du 30 janvier 2012 et signé le 2 mars dernier est inacceptable. La vision purement budgétaire et disciplinaire qui est celle du traité déboucherait sur une austérité et une récession généralisée ».

- 3. Les parlementaires votent les lois mais tout le monde sait que, sans budget pour les appliquer, les meilleures lois ne servent à rien. Ce qui serait vraiment incohérent serait donc que les députés qui viennent d’être élus et à qui le peuple français vient de confier le pouvoir de voter et de mettre en œuvre les lois abdiquent aussitôt une bonne partie de ce pouvoir. Comment pourraient-ils, à peine élu, voter une règle de plomb qui limite à ce point leur pouvoir budgétaire et donc leur pouvoir législatif ? Comment pourraient-ils voter un traité qui confie le pouvoir qu’ils abdiqueraient à deux institutions qui n’ont aucun compte à rendre au suffrage universel : la Commission européenne et la Cour de justice de l’Union européenne ?

Forum, nombre total de sujets : 2
Cliquez sur le titre d'un message pour le lire
 
Forum

Face au TSCG, il y a eu une grande manifestation avec de nombreux syndicats et partis de la gauche du PS. Pas un seul autocollant, drapeau, banderolle du PS ou au moins de la "gauche du PS". "Ancrer à gauche le PS" qu’ils disent.... se "relier aux salariés", au "peuple de gauche", à la rue en soutien à une politique de gauche... tout le bla-bla d’un courant marginal de Filoche dans le PS.

RESULTAT : nulle-part, aucun article sur ce site pour appeler à la manif anti-TSCG et austérité, alors que sous la droite les appels à ce type de manifs étaient légion ! Aucun bilan de la manif pour s’en réjouir alors que c’est la seule mobilisation militante. Hamon et les dirigeants de la "gauche du PS" sont avec la motion majoritaire, comme d’habitude ils utilisent la "gauche du PS" pour monter dans le PS et le gouvernement. C’est ce qu’on fait avant eux Désir, Dray, Montebourg, Peillon, etc. Tous les ex-alliés de Filoche ont fait ainsi et lui finit en marge à chaque fois, il est bien commode l’idiot utile des opportunistes qui savent comment fonctionne le PS. Jamais sa "gauche" n’a gagné (cf. Chevènement), c’est un parti d’élus et donc légitimiste, puis social-libéral au pouvoir.

Les dirigeants du PS disent le contraire que D-S et Filoche sur le TSCG en prétendant que ce n’est pas le traité MERKOSY. Ils mentent alors que Giscard, Juppé and co disent la vérité en rappelant que c’est le même traité. Ils le voteront, ils sont cohérents, Filoche ne le reconnaît même pas, le PS a déjà trahi comme Jospin l’avait fait avec le traité d’Amsterdam. Une fois de plus. Quel résultat après 20 ans dans le PS, c’est lamentable. A un moment, il faut tirer le bilan d’un courant. Toutes ses motions en congrès ont été minoritaires, tous ses candidats (dont un sale type comme Fabius pour prendre le PS !!!) ont échoué. Tous ses combats internes majeurs sont des faillites alors que Filoche disait à renforts d’articles qu’ils seraient des succès. Les militants de D-S devraient se poser des questions. Si certains étaient à la manif (sans apparaître comme membres du PS bien sur...) qu’ils rejoignent le Front de Gauche, c’est cohérent. Pour les autres qui n’étaient même pas à la manif, ils bla-blatent mais on ne peut pas plus leur faire confiance qu’à Harlem Désir. Qu’ils restent au PS mais arrêtent leurs discours, on ne les rejoindra pas.

Allons, allons, Robert, faut pas désespérer Billancourt. Demain Filoche va annoncer une grande victoire de son courant et de la motion qu’il soutenait. Après les tripatouillages habituels, dans sa grande mansuétude le courant dominant va annoncer que la motion Maurel-Filoche fait 12 %. 12 %, tu te rends compte, Julien Dray, qui a signé la motion 3, va pouvoir retourner aux "affaires".
 TSCG : le « souci de cohérence » ! 2 octobre 2012, par Christian del Rio

Toujours d’actualité : Y’a du boulot Camarades – 2 !

Ma première campagne électorale date de 1965 (Mitterrand-de Gaule), la dernière de 2012. Ce sera effectivement ma dernière participation à une élection où je n’aurai le choix qu’entre une droite ultra-libérale et des socialistes conservateurs et frileux. Votre parti s’apprêtant à franchir une ligne rouge que je me suis fixé de ne pas suivre (la ratification du ˝pacte de croissance-TSCG˝), je rentre dans les rangs des abstentionnistes irréductibles. A mon âge, il est temps de retrouver des slogans de jeunesse, « élection pièges à cons » n’étant pas des moindres. Quant à vous, militants socialistes voulant croire que vous pouvez ancrer votre parti à gauche, je vous laisse à vos contradictions. Que vous le vouliez ou non, malgré vos convictions, vos idées, vos discours et vos motions, vous êtes et resterez complices de ce que décident des technocrates n’ayant plus aucune humanité quelque soit leur couleur politique. Mes seules responsabilités furent syndicales et associatives. Jamais encarté politiquement m’a permis jusqu’ici de garder une liberté (toute relative) que vous n’avez pas, dés lors que votre parti, auX pouvoirS aujourd’hui, ignore dans ses décisions votre courant et votre opinion. Je préfère ma place à la votre. Elle me donne la possibilité de rappeler à chaque militant de gauche, me reprochant mon non-engagement (du PS au NPA) quelques faits historiques souvent oubliés par ses dirigeants. Peu à peu, Monsieur Hollande rejoint Papandréou, Zapatero, Schroder, Blair et compagnie et vous restez dans le rang. Hier, Votre Président sermonnait le peuple grec de bien voter (résultat 17 députés d’extrême-droite). Aujourd’hui Jean-Marc Ayrault, lance « qu’il faut que les parlementaires qui ont soutenu François Hollande, qui sont d’ailleurs devenus députés grâce à son élection, comprennent que maintenant ce qui compte, c’est d’être solidaires avec son action ». Aucune voix socialiste ne doit faire défaut ! Sinon quoi, l’exclusion, le goulag … ? Inutile, avec de telles politiques, dans cinq ans il sera balancé et vous crierez de nouveau « au secours le droite revient ». Ce sera peut-être même pire… Si je suis encore de ce monde, j’irai à la pêche, sans état d’âme. (Trop c’est trop, grâce à un Jospin, hier je votais Chirac… et j’en passe) Ancien déporté politique, mon Père disait « plus jamais ça ». Moi je me demande toujours « pourquoi ça ». La réponse est multiple. La complicité et la trahison de dirigeants politiques ˝de gauche˝ en sont l’une des composantes. Si l’Histoire ne se renouvelle pas (quoique…) il lui arrive de bégayer. Est-ce le cas aujourd’hui ? Les populations Roms, expulsées manu-militari sur ordre de l’un de vos camarades, n’ont pas remarquées la différence entre un matraquage de droite et une bastonnade de gauche. Votre responsabilité est grande. Je vous souhaite le courage de l’assumer. Pour mes petits-enfants j’aimerai profondément me tromper, mais je ne les tromperai pas avec une soi-disant solidarité ˝de gauche˝. Ce mot hélas n’a plus, ou trop, de sens au P.S. malgré vos tentatives de l’ancrer à lui. Christian del Rio 02.10.2012

Loading
Abonnez-vous à la revue "Démocratie & Socialisme"
Abonnez-vous à la lettre de D&S par courriel
Rejoindre le groupe des amis de  D&S sur lacoopol.fr
Au boulot ! La chronique de Gérard Filoche dans l'Humanité Dimanche