Démocratie & Socialisme
Navigation

Il ne faut pas reculer !

jeudi 13 décembre 2012

 

Depardieu, toujours plus riche, s’exile fiscalement en Belgique. Les salaires des patrons du CAC 40 toujours aussi exorbitants, n’empêcheront pas leurs entreprises de bénéficier du « crédit d’impôt » ! Tout comme Mittal d’ailleurs ! Pendant ce temps là, un habitant sur huit vit sous le seuil de pauvreté. Le gouvernement annonce, et c’est tant mieux, une revalorisation du RSA. Le s associations saluent ce plan contre la pauvreté mais espéraient, pour le RSA, un coup de pouce plus soutenu. « 2% en 2013, c’est 12€ de plus par mois. Cela ne va pas changer la vie des plus pauvres ». Là aussi, le choix politique de ramener les déficits publics à 3% du PIB en 2013 a des conséquences négatives.

Au troisième trimestre 2012, 41 700 emplois ont encore été détruits selon l’INSEE. Les intérimaires sont les premiers touchés et les plans sociaux s’accumulent. Dans ce cadre, la question d’Arcelor-Mittal est l’exemple même d’une occasion ratée d’un signe politique fort que le gouvernement aurait dû envoyer. Cette nationalisation reste pourtant d’actualité, comme le soulignent les salariés de Florange dans une pétition qui est massivement signée (1) ! Le choix fait par le gouvernement diffère l’affrontement avec le patronat, mais il inquiète nombre de militants syndicaux et politiques de gauche. Le débat a lieu au sein du gouvernement, au sein du Parti socialiste à tous les niveaux. L’idée que la nationalisation est un outil de planification et de défense des emplois industriels dans notre pays est revenu au premier plan. Tant mieux !

Les élections partielles de dimanche dernier sont un avertissement pour le PS, mais aussi pour toute la gauche. Même divisée (et l’UMP l’est aujourd’hui !), la droite s’en sort bien. Faute de soutien populaire suffisant, la gauche présente au gouvernement fléchit… et cela ne profite pas aux partis qui se disent plus à gauche. Il est encore temps de réagir. Oui, le Parti socialiste doit se faire entendre. Sur la question du mariage pour tous, bien sûr. Sur le droit de vote aux étrangers, évidemment. Mais aussi et surtout sur les questions sociales ! Le gouvernement subit les pressions patronales. Nous devons construire une mobilisation sociale qui les contrecarre ! Et la question du rassemblement de la gauche, d’un comité de liaison de toutes les forces de gauche est tout aussi nécessaire.

Le dernier rapport de l’Organisation internationale du travail sur les salaires confirme que « la part des salaires dans le revenu national s’est rétrécie dans la plupart des pays,… pour le dire simplement, davantage du gâteau national est allé aux profits, et moins aux salariés » (2). Le partage Capital / Travail se fait toujours un peu plus en défaveur du salariat. Le combat contre la finance avait été, à juste titre, au centre de la campagne de François Hollande. Il ne faut pas maintenant reculer !

(1) Pétition « Nous demandons la nationalisation du site de Florange »

(2) Rapport mondial sur les salaires de l’OIT

Loading
Abonnez-vous à la revue "Démocratie & Socialisme"
Abonnez-vous à la lettre de D&S par courriel
Rejoindre le groupe des amis de  D&S sur lacoopol.fr
Au boulot ! La chronique de Gérard Filoche dans l'Humanité Dimanche