Démocratie & Socialisme
Navigation
Accueil   Social    Syndicats 

Constitution du courant "Réunification" dans la FSU

jeudi 1er juillet 2004

 

Courant « Réunification syndicale »

Notre objectif :
Faire adopter par la FSU l’engagement dans une démarche clairement énoncée de réunification syndicale.
Il s’agit aujourd’hui, après les secousses du printemps 2003, les attaques libérales, de construire un outil efficace, unifié, de lutte des salariés.
Le mouvement syndical ne constitue pas un contre pouvoir satisfaisant, ni par sa représentativité, ni par ses capacités d’action et de mobilisation. C’est néanmoins avec le mouvement syndical tel qu’il est qu’il faut agir. C’est tel qu’il est, en évolution, travaillé par des évolutions profondes consécutives aux dernières luttes, qu’il faut envisager de l’unifier pour le transformer.
La FSU pour ce qui la concerne doit étayer par des actes forts son orientation unitaire, moyen de l’efficacité. Nous voulons que les syndiqués, les militants, les responsables se prononcent après un débat sérieux sur la construction d’une Confédération unitaire et démocratique. Toutes les composantes syndicales sont concernées, mais à notre sens le pivot réside clairement dans la CGT qui occupe sur l’échiquier syndical une place incontournable.
Rompre avec l’autonomie
La FSU dès sa constitution s’est fixée pour but de développer un syndicalisme de lutte dans le secteur de l’Education..., et de renouer les liens entre salariés de l’EN et les autres.
Elle s’est d’emblée constituée comme porteuse des mandats historiques de la FEN et notamment ceux " qui justifiaient le passage à l’autonomie par le refus de la scission CGT/CGT-FO et l’urgence de la bataille pour la réunification du syndicalisme "ouvrier".
Dix ans plus tard si elle a incontestablement contribué à ce que le centre de gravité du syndicalisme français penche vers le syndicalisme revendicatif, son orientation actuelle la conduit de plus en plus à une forme de pérennisation prolongeant et accentuant l’émiettement syndical.
Notre situation actuelle nous met en marge, hors de possibilité de peser dans les questions essentielles.
Nous avons, au printemps, goûté un peu à l’interprofessionnelle, à l’unité dans nos secteurs, syndiqués FSU ou autres ou non syndiqués. Les AG de lutte constituent les prémices d’une unification syndicale. Unification dans les professions, réunification des autonomes de l’Education, de la recherche et de la culture que nous sommes avec les autres salariés.
Le congrès de Perpignan
La seule perspective qu’implique l’élargissement du champ de syndicalisation aux trois fonctions publiques réside dans un glissement progressif sans le dire vers une énième confédération -vers la concurrence et la division- via une étape probable caractérisée par une union de syndicats. Ce laborieux mécano a été le fruit d’un accord de sommet entre les tendances et les principaux syndicats pour préserver équilibres internes et rapports de forces. Le débat n’a pas eu lieu sur une orientation stratégique. Le refus de diffuser aux congressistes notre appel et la motion "réunification" est plus qu’anecdotique et traduit une préoccupante inclinaison bureaucratique.
Ce que nous voulons
Dans le contexte de division et de faiblesse du syndicalisme, il faut se donner les moyens de gagner sur les intérêts de classe des salariés, sur les revendications. Sur le budget de l’Etat, la fiscalité, la sécu, les services publics, les salaires, l’emploi,... l’unité est le moyen de pouvoir gagner, mettre à bas les projets patronaux, le libéralisme. Le syndicalisme doit se construire sur les structures professionnelles et agir en mettant les forces en commun. Un syndicalisme réunifié est un syndicalisme indépendant, fédéraliste, de masse et de classe, démocratique parce que pluraliste et divers.
Les autres forces syndicales
La dérive de la CFDT illustrée par des dossiers aussi vitaux que les retraites, l’indemnisation des chômeurs conduit de nombreux syndicats à la quitter et certains de ses anciens responsables viennent de publier un article réquisitoire qui montre que sa crise interne est loin de s’apaiser. Des fédérations oppositionnelles maintiennent leurs positions de solidarité avec les grandes grèves de 1995 et 2003.
D’une certaine manière les compromissions de cette confédération peuvent permettre d’illustrer l’urgence et le bien fondé d’une réunification syndicale.
La CGT, et cela constitue l’évolution majeure des dernières années, est de plus en plus reconnue au sein du salariat comme une force syndicale de nature à contrecarrer les offensives antisociales du patronat et des gouvernements réactionnaires. Si des reproches lui sont souvent adressés après le mouvement du printemps 2003 notamment sur la question de la grève générale, le passage de milliers de militants de la CFDT (ce qui ne s’était pas produit en 1995) illustre clairement que sa crédibilité et sa légitimité sont en phase de développement. Sa démarche réaffirmée de « syndicalisme rassemblé » ne se pose pas pour l’heure la question du « rassemblement des syndicalistes ».
La CGT, doit évoluer. Elle peut et doit, comme nous, changer.
FO sans doute traversé de débats, confirme globalement après son dernier congrès ses velléités de retrouver le chemin de la lutte et de l’unité... Les grandes grèves de 1995 et 2003 ont vu FO co-animer les actions en particulier dans la Fonction Publique
L’UNSA avec les limites évidentes de sa théorisation de l’autonomie a néanmoins très nettement rompu avec la proximité idéologique avec la CFDT qui la caractérisait ce qui n’a pas été sans conséquences positives en matière d’unité d’action notamment sur le dossier des retraites.
Le G10 a fait le constat lucide de son incapacité à peser réellement lors du conflit du printemps dernier et privilégie plutôt l’hypothèse du rapprochement avec la FSU.
C’est avec toutes ces forces, et à tout le moins beaucoup de leurs militants qu’il faut construire un outil de lutte.
Débattre avec tous les syndiqués
L’option d’abandonner notre douce autonomie, de nous engager dans la construction d’un syndicalisme rassemblé doit s’appuyer sur une réflexion approfondie. Il faut que les syndiqués FSU - mais sûrement aussi les autres - puissent en débattre et que les éléments de décision, de mandat, soient étudiés.
C’est un chemin obligé. Mais c’est un chemin qui se doit d’être clairement indiqué.
Un courant provisoire
Nous ne constituons pas une nouvelle tendance
Nous constituons un courant provisoire pour fédérer/susciter initiatives et réflexions.
Nous sommes trans-tendances (il y a des camarades des principales tendances) pour proposer aux syndiqués de réfléchir à cette option complètement marginalisée lors du Congrès FSU mais qui est loin d’être marginale dans notre fédération.

Nous vous appelons à signer et faire signer cette plate forme.
Contactez nous si vous voulez donner votre avis, participer.
Soumettez à vos réunions syndicales l’idée générale de ce texte.
A votre demande, nous sommes prêts à exposer et débattre dans les départements, les syndicats, les tendances.
Pour prendre contact
genotalain@wanadoo.fr Tél/06/75/43/79/62
j.lejamtel@tiscali.fr Tél/06/30/66/23/95

SNUipp/FSU
FRANCK LAULIER (ANC SEC NAT 50) GAËLLE VEROVE (SD 50) CLAUDE RAYON (50) JACQUES LEJAMTEL (CESR - 50) CHANTALE LECONTE (ANC SD 61) BRUNO SUREAU (50) ALAIN GENOT (ANC SEC NAT BD 25) PIERRE TIMSIT (CS 31) DENIS PONCHANT (BD 59) ELIANE CROUZET (RETRAITEE CS 30) PATRICE LEGUERINAIS (BD 94) FRANCOISE PODEUR RAYON COMMISSAIRE PARITAIRE 50 ANNE-MARIE BLIMER 35 JACKY GAILLET ESPONSABLE DEPARTEMENTAL "RETRAITES" 50 Jean-CHRISTOPHE SELLIN, CS 31, ancien BD 75 SNUipp
Blancmunier Philippe 25 Trimaille Gérard 25 Febvre Rachel 25 Guigon Patricia 25 Picard Yvonne 25 Collardey Jeanne 25 Michaud-Bonnet Catherine 25 Goll Denis 25 Jeannot Eric 25 ALAIN VIBERT-GUIGUE
(conseiller syndical SNUipp 66 1992/2004, ancien SD 66)Onfroy Gilbert 50 Zongo Chantal 50
SNES/FSU
PASCAL BESUELLE 50 PIERRE RUSCASSIE 64 CHRISTIAN IMBART S1 31 SYBILLE FASSO SNES 75 SNASUB/FSU FRANÇOIS FERETTE 61

Loading
Abonnez-vous à la revue "Démocratie & Socialisme"
Abonnez-vous à la lettre de D&S par courriel
Rejoindre le groupe des amis de  D&S sur lacoopol.fr
Au boulot ! La chronique de Gérard Filoche dans l'Humanité Dimanche