Démocratie & Socialisme
Navigation

« Delepénisation des esprits »

mardi 31 janvier 2006 par Denis Collin

 
Une récente enquête Tns-Sofres a donné lieu à une intéressante manipulation médiatique de la part de l’ineffable Le Monde. L’enquête réalisée après les « émeutes » de novembre traduit nettement le recul du terreau idéologique classique du Fn, ce qui n’a pas empêché le scribouillard de service d’expliquer que les chiffres marquaient la « lepénisation des esprits ». Qu’on en juge.

Le première question demandait si « on ne défend pas assez les valeurs traditionnelles en France » - question bien vague et derrière laquelle on peut mettre ce qu’on veut. Sur cette question, le pourcentage est stable depuis 2000. « La justice n’est pas assez sévère avec les petits délinquants » : 71 % d’accord en 2003 ... et 70 % aujourd’hui, juste après les émeutes ! Et là encore, il n’est pas nécessaire d’être lepéniste pour le penser. « Il y a trop d’immigrés en France » : là on passe de 59 % à 63 %, mais le contexte de l’enquête doit y être nettement pour quelque chose. Cependant à la même question 71 % des Français répondaient « oui » en 1995.

Plus intéressant : à la question « Il faut donner beaucoup plus de pouvoir à la police », le pourcentage des avis favorables passe de 64 % à 49 % entre 2000 et 2005 tandis que les opinions opposées passent de 32 % à 48 % et ce, encore une fois, immédiatement après les émeutes. Des chiffres sans appel qui montrent que le Monde est un trafiquant de statistiques. Sur le rétablissement de la peine de mort, les opinions favorables chutent sur la même période de 45 % à 34 % et les opinions opposées passent de 53 % à 63 %.

Terminons par le terrain favori du Fn, la préférence nationale. 79 % des sondés (contre 51 % en 2000) pensent « qu’il n’y a pas de raison de faire de différence entre un Français et un immigré en situation régulière » en matière d’emploi. Et ils sont 76 % (contre 52 % en 2000) à affirmer qu’il n’y a pas de raison de faire de différence en matière de prestations sociales.

Si les chiffres ont un sens, ils traduisent non pas la « lepénisation » des esprits mais au contraire la « délepénisation » massive et rapide dans la population française. Ce qui pour les exploiteurs de trouille est une vraie catastrophe ! Mais pour tous les républicains un encouragement à poursuivre le combat.

Denis Collin http://www.lasociale.net

Loading
Abonnez-vous à la revue "Démocratie & Socialisme"
Abonnez-vous à la lettre de D&S par courriel
Rejoindre le groupe des amis de  D&S sur lacoopol.fr
Au boulot ! La chronique de Gérard Filoche dans l'Humanité Dimanche