Démocratie & Socialisme
Navigation
Rubrique

D&S, la revue

D&S, la revue, sa praxis, 20 ans, 200 numéros

D&S existe depuis 20 ans et a été l’essentiel de ce temps le mensuel de la Gauche socialiste. Son comité de rédaction publie cette revue pour animer le débat d’idées, et mener les actions et campagnes nécessaires pour ancrer à gauche le Parti socialiste. D&S veut mobiliser les militants socialistes pour rénover le parti, en faire un véritable instrument démocratique de lutte, qu’il agisse non pas pour le maintien de l’ordre existant mais pour la redistribution des richesses, une transformation sociale en profondeur, pour une VIe république sociale, démocratique, parlementaire, écologique, féministe, internationaliste.

D&S est une équipe militante, essentiellement basée sur une expérience syndicale, et implantée dans les luttes et revendications du salariat, privé et public. Son comité de rédaction en est la direction (pour en comprendre l’histoire, la genèse, et la composition : lire la liste des biographies de ses membres ci-jointe sur ce site ; et lire aussi « Syndicalistes ! » paru de Syllepse en 2008, ainsi que « Mai 68, histoire sans fin » aux Ed. Flammarion puis Jean Claude Gawsevitch, 1998, 2008)

D&S veut l’unité de toute la gauche. D&S veut l’unité syndicale. Il y a un seul salariat, il devrait y avoir une seule gauche. La théorie des « deux gauches » incompatibles est une argutie de division. La théorie qui dit qu’il faut que la « gauche de la gauche » l’emporte est une voie sans issue. Ceux qui refusent de classer le PS à gauche appauvrissent non seulement eux-mêmes mais la gauche tout entière. Jamais rien de grand dans ce pays ne s’est fait sans l’unité de toute la gauche. Il n’y a rien a craindre de l’unité. L’unité ne peut se faire ni sur des orientations sociales libérales ni sur des positions gauchistes ou néo staliniennes. L’unité ne se décrète pas, c’est une bataille, une construction, une dynamique, elle ne peut se faire que sur une orientation au coeur de la gauche. Dans tout mouvement pour l’unité, il y a une radicalisation et une mobilisation sociale, une conscientisation, un émancipation populaire. C’est le mouvement unitaire de toute la gauche qui peut faire avancer le programme authentiquement socialiste pour lequel nous luttons. Un pas en avant concret vers la lutte sociale unitaire vaut mieux que mille discours et mille programmes couchés sur le papier.

De 1992 à 1997, D&S se battit pour les 35 h sans perte de salaire et pour un gouvernement rouge rose vert. Tout cela est relaté mois apres mois dans la revue D&S, en détail.

De 1995 à 2002, D&S a joué le rôle de mensuel de la première Gauche socialiste. Un des premiers débats conduit par D&S en 1995-96 fut d’amener la gauche socialiste, (Jean Luc Mélenchon et Julien Dray avaient voté « oui » à Maastricht en 1992) à s’opposer nettement à l’Europe libérale et a défendre une autre Europe, sociale, démocratique, laïque, fédérale, par la voie d’une Assemblée constituante. Cela fut réussi dans un texte qui s’appela « Tourner la page de Maastricht », qui fut soumis au vote des socialistes lors de la première convention de mars 1996, et il obtint une majorité absolue : 52 % des voix !

De 1997 à 2002 D&S se battit pour une bonne mise en oeuvre des 35 h pour faire reculer le chômage de masse - avec certains succès concrets.

Ce fut une période de construction qui a malheureusement été interrompue par les querelles personnelles et divisions de deux dirigeants, Jean-Luc Mélenchon et Julien Dray, qui ont mis en avant leurs intérêts et visions propres au lieu du travail collectif du courant. Ainsi ont-ils impitoyablement scissionné la gauche socialiste en été 2002, dispersant et décourageant nombre d’excellents militants. D&S a lutté contre cette division de la gauche socialiste de toutes ses forces autour des « thèses de Nantes » approuvées par un dernier vote unanime en fin août 2002. mais D&S n’avait pas d’élus ni donc de forces matérielles pour empêcher le double putsch liquidateur qui a brisé la Gauche socialiste.

Ensuite, D&S a travaillé à reconstruire ce qui avait été si scandaleusement brisé.

Après le 21 avril 202 et lors de la préparation du Congrès de Dijon 2003, les animateurs et militants abonnés de D&S se sont partagés entre les motions « Nouveau parti socialiste » et « Nouveau monde » : ils ont agi pour le rapprochement politique des deux courants et pour que l’orientation du parti se tourne vers le mouvement social.

D&S a milité, a contribué puis s’est félicité du rapprochement entre "Nps" (Benoît Hamon, Arnaud Montebourg, Christian Paul, Vincent Peillon), « Forces militantes » (Marc Dolez) et Nouveau Monde (Henri Emmanuelli, Jean Luc Mélenchon, Pascal Cherki, Isabelle Thomas, Michel Vergnier, Eric Thouzeau, Jean-Jacques Chavigné, Gérard Berthiot…) : le samedi 10 avril 2004 un grand meeting dynamique a réuni les trois courants à la Halle Carpentier pour le « non » au TCE. Ce fut un grand moment : 40 % du parti était rassemblé.

D&S a fortement milité pour que le PS prenne position pour le « non » au traité constitutionnel européen : il s’en est fallu de peu puisque 42 % des voix le 1er décembre 2004, en interne au PS, on pris cette juste position. En fait, ce vote a été manipulé, et si la démocratie avait été respecté, c’est une majorité pour le « non » qui serait apparue ce jour-là, comme cela avait déjà le cas en mars 1996 lorsque le parti avait librement voté le texte de la GS « il faut tourner la page de Maastricht ». Si les grandes fédérations n’avaient pas manipulé le vote, s’il avait été démocratique, le « non » l’aurait logiquement emporté, la gauche aurait été unie, le PS aurait été en cohérence le 29 mai 2005, et nous aurions gagné la présidentielle autour du premier secrétaire socialiste dés 2007 !

D&S a mené campagne en résonance avec la majorité des électeurs socialistes qui se sont prononcés à 59 % pour le « non » le 29 mai 2005 (en fait c’était ça le vrai vote interne, il s’est « libéré » dans les urnes) . Ce jour là, les 55 % de « non » étaient composés d’une majorité écrasante de la gauche active, des ouvriers, des employés, des cadres, des jeunes, des femmes… Quel dommage que non seulement la direction du PS ait voté « oui » mais ait choisi ensuite de « sanctionner » ceux qui avaient eu clairement raison en faisant gagner cette juste cause… Elle n’a pas su, pas voulu ensuite reconnaître le sens noble et majoritaire, évident, du vote du 29 mai 2005 confortant durablement une division interne, alimentant de longues querelles d’orientation et de personnes, soumettant le parti aux libéraux dominants l’Europe et la conduisant dans le mur…

Après le 29 mai 2005, NPS a commencé à se diviser sous l’impact de Vincent Peillon,

Mélenchon a aussi scissionné "Nouveau Monde" vers PRS - trais d’union (sic) et rejoint Laurent Fabius,

D&S à alors contribué à fonder "Alternative socialiste" (Henri Emmanuelli, Marc Dolez, Gérard Filoche) estimant qu’elle était un pas pour une forte gauche du Parti socialiste, capable de peser sur lui... Cela a donné naissance à la motion 5 au congrès du Mans.

D&S a milité aussi, mais en vain, au Mans, pour le rapprochement avec la motion 2 (Laurent Fabius, Jean-Luc Mélenchon, Marie Noëlle Lienemann…), de façon à peser puissamment au sein du PS à la veille de la présidentielle.

La “synthèse” du congrès du Mans a été imposée en novembre 2005 – notamment par un accord entre Vincent Peillon et Henri Emmanuelli, contre plus de 80 % des adhérents, militants de leur (notre) propre motion 5. La motion 2 s’y est ralliée (Laurent Fabius, Jean-Luc Mélenchon, Marie-Noëlle Lienemann), contre l’avis d’un grand nombre de ses militants. Cela a été une catastrophe, décevant les efforts et les volontés agissant et convergeant depuis plus d’une décennie dans le sens d’une forte gauche socialiste ancrant le parti à gauche, en liaison avec le mouvement social. Le prix payé a été lourd pour la gauche socialiste désarticulée...

Motion 2 et motion 5 faisaient pourtant 47 % des voix à elles deux : après et à cause de la « synthèse » le candidat issu de ces deux motions, Laurent Fabius, n’a obtenu que moins de 20 % des voix à la désignation des voix en novembre 2006 à la présidentielle. La montée de la gauche au sein du PS jusqu’en 2005 a donc été cassée une deuxiéme fois à ce moment-là par la synthèse, mais celle-ci n’a pourtant pas "fonctionné" et la voie a été ouverte à la désignation d’une candidate : Ségolène Royal.

D&S avec Force militante (Marc Dolez) (et Arnaud Montebourg) se sont retrouvés les seuls à refuser cette synthèse au Mans en novembre 2005 ! D&S et FM ont proposé un accord pour travailler avec les amis d’Arnaud Montebourg, qui l’ont refusé le 11 janvier 2006...

Dés lors, le courant FM-D&S a fusionné, (décembre 2005) pour rassembler les forces éparses restantes de la gauche socialiste, en se fixant comme objectif de reconstruire une gauche des socialistes capable de tirer les leçons du 21 avril 2002, du 29 mai 2005 et des mouvements sociaux de 2003 (retraites...) à 2006 ( CPE...)

Voici, en douze points, les références principales de D&S du « manifeste » qui a alors été adopté (avril 2006) et qui résume toujours correctement les positions de D&S :

- Pour la mondialisation des droits opposée à la globalisation libérale, inégalitaire, opposée à la marchandisation de l’ensemble des biens et activités humaines. Pour un internationalisme, « un autre monde » respectueux de l’égalité entre les peuples et les humains, de la démocratie, de la paix, des droits des travailleurs. Pour la protection de l’écosystème planétaire, pour un développement durable.

- Pour mobiliser contre les guerres « préventives » du gouvernement nord-américain, contre ses coups de force impérialistes. Pour une gouvernance mondiale pluraliste avec une Onu rénovée, démocratisée, ou l’OIT, l’OMS, l’OME aient des pouvoirs réels qui s’imposent à l’Omc.

- Pour une Europe sociale, démocratique et fédérale, dont l’élargissement, les institutions soient conditionnés au respect des droits sociaux, démocratiques (salaire minimum européen, droit du travail aligné par le haut,...), et de la laïcité, par opposition à un vaste marché déréglementé, libéral, marchand, et bancaire.

- Pour la défense et l’extension de l’ensemble de nos services publics, santé, école, équipements collectifs, transports, communications, énergie, le refus de l’ouverture d’EDF au capital privé, le retour de France Telecom dans le domaine public, la nationalisation de l’eau.

- Pour la défense et l’extension de nos acquis sociaux par une politique de redistribution des richesses et de combat contre les inégalités. Pour une réforme de la fiscalité républicaine directe et progressive, contre les taxes indirectes et injustes socialement.

- Pour la priorité au recul du chômage de masse, pour que la réduction de la durée du travail à 35 h hebdomadaires sans perte de salaire soit étendue à tous les salariés du public et du privé, avec embauches correspondantes, et avec amélioration et respect des lois du travail face au marché.

- Pour une hausse des salaires directs et indirects, à commencer par le Smic, sur lequel les minima conventionnels doivent être alignés, et permettre des progressions du pouvoir d’achat par des « conférences annuelles » sur les salaires.

- Pour que la volonté politique l’emporte sur l’économie et l’être humain sur l’argent, pour que la puissance publique se dote des moyens de dire « stop » aux licenciements abusifs et boursiers.

- Pour que nos retraites par répartition à 60 ans, à taux plein, soient protégées et renforcées, pour l’abrogation des mesures Balladur, les 37,5 annuités pour tous afin que l’égalité public-privé soit restaurée et que le montant des pensions par répartition soit maintenu à un taux de 75% garanti, calculé sur les 10 meilleures années, indexée sur les salaires, pour ne pas laisser de place aux fonds de pension par capitalisation.

- Pour la démocratie sociale le contrôle des syndicats sur la gestion des cotisations sociales, le retour à de véritables élections démocratiques aux Caisses de protection sociale. Pour une règle majoritaire dans la signature d’accords de branche ou d’entreprise, pour une redéfinition démocratique des critères de représentativité, de financement des syndicats, des droits nouveaux (droit de veto) pour les institutions représentatives du personnel.

- Pour une lutte contre les ghettos, la misère sociale, l’insécurité libérale, qui sert à dé-socialiser les pauvres en les faisant vivre dans la peur des violences de toutes sortes, pour le démantèlement des zones de non-droit, pour la lutte contre les accidents du travail et de la route, la destruction du tissu social, associatif, et pour une politique de « sécurité sociale globale » incluant tous les éléments d’éducation, de prévention, et de fermeté nécessaires.

- Pour une remise en cause des institutions antidémocratiques de la Ve République, un régime authentiquement parlementaire, une VIe « République sociale », la réhabilitation de la politique et de la citoyenneté, contre la concentration des médias et des biens culturels, pour un système électoral plus juste et proportionnel, la limitation des mandats en nombre et en durée, la parité femmes-hommes réelle. Contre une décentralisation qui sert au démantèlement de la République en réduisant le domaine de la loi républicaine par la contractualisation des rapports entre les collectivités locales et avec l’État.

D&S avec Forces militantes a contribué au mouvement massif contre le CNE et le CPE 2006, dés le début, et pendant toute la période des grandes mobilisations de février-avril 2006. La victoire sociale contre Chirac-Villepin-Sarkozy en avril 2006 confirme que la victoire plus large contre le libéralisme était à l’ordre du jour et la présidentielle de 2007 était gagnable à condition d’avoir un programme capable d’unifier et de mobiliser la gauche et la jeunesse

FM-D&S a élaboré collectivement, rédigé, et publié le 29 avril 2006 un “projet socialiste” “Pour une VIe République sociale”, propositions pour une alternative anti-libérale, soumis, à la veille des échéances électorales au débat du Parti socialiste, au vote de ses militants, au débat de toute la gauche.

Lors de la campagne présidentielle de 2007, D&S a soutenu en interne Laurent Fabius. Mais en vain.

D&S a ensuite mené vigoureusement campagne pour que Ségolène Royal batte Nicolas Sarkozy, conscient des maux encourus si ce malfaisant passait.

Le « projet socialiste » de juillet 2006 quoique amendé par D&S (qui y a ré introduit les 35 h, la retraite à 60 ans, la défense du droit du travail, la priorité à la hausse des salaires…) n’était pas à la hauteur. La candidature de Ségolène Royal ne l’a pas défendu et a échoué en ne touchant pas le coeur du social.

Lors de la campagne présidentielle, les amis de Forces militantes n’ont pas voulu mener campagne pour la candidate socialiste face au candidat Sarkozy. Au contraire D&S a essayé de tout faire pour que la candidate gagne, (40 meetings, cent articles, un livre…) en dépit des limites sociales évidentes de son discours. FM et Marc Dolez ont alors rompu avec D&S.

En vue du congrès de Reims, D&S a alors recommencé opiniâtrement à se battre pour reconstruire une gauche socialiste capable d’être incontournable dans le PS. D&S a tenté de regrouper les militants de « Trait d’union » (Jean Luc Mélenchon) de « Forces militantes » (Marc Dolez) de « Changer » (Marie Noëlle Lienemann) et de ce qui restait de NPS (Henri Emmanuelli et Benoit Hamon - après les départs de Peillon et d’autres…).

D&S a publié une contribution qui a obtenu en septembre 2008 la signature de 600 militants, et a œuvré pour mettre d’accord sept contributions de gauche différentes et construire la « motion C » appelée « Un monde d’avance » UMA. Tout cela est relaté "in live" dans la revue.

Au congrès de Reims (novembre 2008) D&S a co-fondé le courant qui s’est appelé ’UMA" un Monde d’avance en rassemblant sept contributions : celles de Marie-Noelle Lienemann, celle de Jean-Luc Mélenchon, celle de Jacques Fleury, celle de Pierre Larrouturou, celle de Marc Dolez, celle de Benoit hamon et Henri Emmanuelli, celle d’Utopia, et celle de D&S.

UMA obtint le beau score de 18,5 % des voix à Reims, mais Mélenchon scissionna aussitôt sans nous prévenir lors de ce congrès. Benoit Hamon et Henri Emmanuelli établirent leur main mise sur le courant, sans partage, sans direction collective et avec une plate forme a minima, sans batailles sociales conséquentes. Benoit Hamon qui avait promis la représentation de D&S au bureau national trahit sa promesse pendant quatre ans. UMA ne participa pas en tant que telle à la grande bataille pour les retraites en 2010 : seul D&S s’y exprima centralement, fortement. Cette grande campagne reste, pour D&S, un modèle de combinaison de luttes syndicale, de lutte politique, et de mobilisation (cf. livres, articles, meetings, bilan n°176 à 180).

Cinq ans durant, D&S dénonça et combattit la politique thatchérienne, reaganienne du malfaisant Sarkozy.

D&S a voté la déclaration de principe du PS sous la direction de François Hollande en 2007 rappelons que celle ci situait le PS dans la lignée de la Commune de Paris, du Front populaire et de Mai 68… et se prononçait pour une économie mixte !

D&S a défendu son programme de 2006, ré actualisé dans un programme d’action d’urgence dans le n° 161 de janvier 2009.

D&S initia un appel des maires en début 2011 pour "pousser" Martine Aubry à se déclarer candidate et à ne laisser aucun espace à DSK, puis se mobilisa pour tenter de faire gagner Martine Aubry à la désignation en 2011.

D&S amendera le "projet socialiste" 2011 (février à mars 2011). Sans grand succès. D&S l’a voté. D&S ensuite mena vigoureusement et de toutes ses forces campagne pour la victoire de François Hollande en mai juin 2012. (la encore 40 meetings, des dizaines d’articles, d’argumentaires..)

Il apparut que UMA n’allait pas mener bataille au congres de Toulouse. D&S se mobilisa pour rassembler a nouveau une gauche socialiste digne de ce nom dans un travail collectif, sur une plateforme "le social au coeur". D&S poussa à ce qu’avec la contribution de Marie Noelle Lienemann, celles d’Utopia et de Julien Dray, il y ait un accord sur une motion 3 "Maintenant la gauche, le social au coeur" . Celle ci obtint 13, 7 %. La gauche du parti cependant fut plus large puisque la candidature de Emmanuel Maurel obtint 31 % et la motion 4 de Pierre Larrouturou obtint 11,9 %.

D&S poursuit donc, avec #quevivelamotion3, en sa 21e année, le combat pour une gauche socialiste démocratique, militante, collective, cohérente, forte, afin que la politique du gouvernement de gauche issu de mai juin 2012, réussisse… à gauche !

Ce document de référence (spécial D&S n°134, avril 2006) est téléchargeable ici :

PDF - 980 ko
Pour une VIe république sociale
(pour impression)
PDF - 588.3 ko
Pour une VIe république sociale
(pour consultation écran, avec signets)

Lire également :

- Contribution de D&S : "redistribuer les richesses d’abord" de 2008

PDF - 1.2 Mo
Contribution à télécharger

- Contribution "redistribuer les richesses" de 2012 :

PDF - 242.6 ko
Contribution "Pour réussir le changement, redistribuer les richesses"
Congrès de Toulouse, juillet 2012.

- Motion 3 du congrès de Toulouse de 2012

PDF - 109.4 ko
La motion

“Démocratie & Socialisme” est un mensuel socialiste qui a pour fonction de répondre à l’actualité sociale et politique en lien avec les mouvements sociaux ; ancrer le PS à gauche et contribuer à l’unité de ses courants de gauche, fait partie de ses priorités. D&S sait que c’est dans les luttes sociales que tout se joue.

Ce mensuel est un outil indispensable à l’information, la réflexion et l’action de centaines de militants politiques, de centaines de militants syndicaux.

La survie financière de D&S dépend uniquement de l’abonnement ou du réabonnement de ses lecteurs, des cotisations ter souscription de ses militants, sympathisants, amis.


Abonnement  : 30 euros / an :
À adresser à D&S, 85, rue Rambuteau 75001 Paris

PDF - 155.6 ko
Formulaire pour le prélèvement automatique

D&S publie une lettre électronique hebdomadaire à 10 000 exemplaires depuis deux ans.
D&S anime un site, un blog, et un réseau de 120 000 adresses mel.
De jeunes socialistes en lien avec D&S publient ; "offensive socialiste" (un bulletin électronique de 50 numéros)

PS : le comité de rédaction de D&S figure dans l’ours de la revue. Qui sont-ils ? tout est transparent : les biographies de ses membres sont sur ce site.

Articles de la rubrique
Articles de la rubrique
Nombre d'articles dans cette rubrique : 86